dimanche 29 octobre 2017

Prêts pour Halloween !

De retour à la maison après 12 jours dans l'Utah, nous avons terminé les préparatifs pour Halloween ! Il fait encore bon à Sacramento (25 à 31 degrés la semaine dernière) mais nous savons que Halloween marque en général le changement de saison, avec les premières pluies depuis des mois... On verra ce qu'il en sera cette année.

Notre porte d'entrée, avec la tête de corbeau qui s'anime quand quelqu'un approche

D'année en année, nous ajoutons des décorations, de quoi bientôt rivaliser avec nos voisins les plus fous. Même si notre déco reste relativement modeste : Pas de squelette de T-Rex ou sorcier gonflable de deux-trois mètres de haut !

Nous avons un cimetière devant la maison !

Le garage est contaminé lui aussi...

Les citrouilles sont aussi de la partie, avec notre épouvantail pas vraiment effrayant :

Un peu trop cool cet épouvantail

Toiles d'araignées dans les buissons

"Entrez à vos risques et périls". C'est sûr qu'avec Clara et Thomas, le risque est assez élevé :


Même dans la maison, Halloween s'est invité avec une colonie de chauve-souris suivant une sorcière dans les escaliers :


Dans la salon, quelques citrouilles, toiles d'araignées et fantômes. le tout s'illuminant le soir :

Encore des citrouilles et des fantômes !

Thomas est pratiquement autant excité pour Halloween que pour Noël. Il veut aller voir toutes les décorations dans le quartier, même si il est le premier à avoir peur du moindre truc qui bouge un peu... Tout un paradoxe !

Même le paillasson est prêt !

Citrouille d'intérieur qui s'illumine

Nous sommes donc parés pour l'événement ! Les costumes sont prêts et les petits voudraient déjà y être... Rendez-vous très bientôt pour quelques photos et peut-être vidéos de cette soirée unique en son genre !

PS : Savez vous que nous passons à l'heure d'hiver une semaine après la France afin d'avoir du soleil plus longtemps pour la soirée d'Halloween ? On ne plaisante pas avec les fêtes aux US !

jeudi 12 octobre 2017

En road-trip dans l'Utah !

Petite pause d'une dizaine de jours sur le blog puisque nous sommes sur la route dans l'Utah, avec des paysages comme ça dans notre rétro toute la journée :


Aujourd'hui nous avons visité le dernier des 5 parcs nationaux de l'Utah qui manquait à notre palmarès, à savoir Capitol Reef. C'était magnifique !

Vous pouvez suivre notre road-trip sur Facebook, si le Wifi dans les hôtels nous permet de poster quoique ce soit (jamais simple d'être loin de la civilisation !)

A très bientôt pour la suite de nos aventures !



samedi 7 octobre 2017

Retour vers le passé !

Me voilà à nouveau dans l'avion après une semaine passée à la frontière entre deux mondes, entre deux époques.

Dimanche dernier, j'ai atterri à South Bend, un petit aéroport dans le nord-ouest de l'Indiana, après une étape à Minneapolis. Je découvrais cet état pour la première fois, et après avoir récupéré une voiture de location, roulait tranquillement en direction de Middlebury, une petite ville de 3000 habitants où j'allais passer la semaine à former une équipe locale de développeurs.

Pont couvert à Middlebury

 Alors que j'étais sur une highway comparable à une route nationale, traversant des champs à perte de vue, croisant granges rouges et silos à grain à intervalle régulier, dans le sens opposé, un cheval tirant une charrette noire d'un autre temps me croise :

Voilà un moyen de locomotion intéressant en 2017

Je savais où je mettais les pieds, mais la rencontre était presque aussi surprenante qu'elle ne le fut il y a une dizaine d'années en Pennsylvanie. Car comme autour de Lancaster, et comme dans l'Ohio, l'Indiana abrite des communautés de personnes ayant décidé de refuser toute forme de progrès depuis des siècles.

Des gens qui vivent sans téléphone, sans voiture, sans télévision et qui ne se déplacent qu'à pied, à vélo ou à cheval :

Un convoi de buggys Amish

Ce sont les communautés Amish, Brethren et Mennonites, qui ont fui la Suisse, l'Allemagne et la France il y plus de trois siécles, chassés en raison de leur interprétation de la bible jugée trop extrême en Europe (l'origine des Amish étant alsacienne, leur langue est très proche de l'alsacien !)

Comme les mormons et tant d'autres, ils trouvèrent donc en Amérique un havre de paix où leur mode de vie côtoie désormais le notre au quotidien. Deux mondes et deux époques qui cohabitent pacifiquement dans ces régions rurales du Midwest des Etats-Unis.

Ferme typique reconvertie en boutique de souvenirs à côté de mon hôtel

 A chacune de mes sorties course à pied, je croisais donc les familles Amish au gré des chemins, faciles à reconnaitre puisque leurs tenues sont elles aussi très codifiées : Seulement quelques couleurs claires autorisées, les hommes portant toujours pantalons à bretelles et chapeaux noirs, le père de famille barbu, les femmes et filles avec les cheveux attachés et montés d'une coiffe typique :

Famille Amish qui se promène (photo trouvée sur internet)

 Ma seconde surprise fut de découvrir que Middlebury est la capitale américaine du camping-car et de la caravane ! Dans cette ville de 3000 âmes, 2000 personnes travaillent pour Jayco, une marque de véhicules récréationnels bien connue de ce côté-ci de l'océan.


Du coup, on croise caravanes et camping-cars à chaque coin de rue, et toutes les entreprises du coin travaillent dans le domaine, comme mon client qui fabrique des écrans tactiles et applications mobiles pour contrôler volets, clim, et autres fonctionnalités pour camping-cars de luxe.

Des camping-cars avant assemblage final

L'économie US étant au top de sa forme, le taux de chômage à Middlebury est l'un des plus faibles de la nation. Tout le monde recrute et comme me l'ont expliqué les locaux : "C'est pour ça que tu es là. On est en plein boom, on bosse 12 heures par jour et on ne trouve personne à embaucher car personne ne veut venir vivre ici. Faire venir quelqu'un de Chicago ou Indianapolis, c'est juste impossible, donc on apprend et on se débrouille par nous mêmes".

Evidemment, c'est à double tranchant, et en 2008 le taux de chômage y était l'un des plus élevés de la nation, plus personne n'achetant de camping-cars pendant la crise économique.

Dans une salle d'attente, la bible bien en évidence au dessus des magazines, avec quelques cartes de visite surprenantes...

 Quelle était la probabilité de rencontrer un groupe d'ingénieurs capables de construire des systèmes qui feraient pâlir des entreprises de la Silicon Valley en plein milieu de l'Indiana rural ? Proche de zéro, et ce que j'aime dans ce pays : Après 10 ans à m'y intéresser de près et à le découvrir, chaque voyage arrive encore à me surprendre !


Du coup, j'avais choisi de dormir et manger à Das Dutchman Essenhaus, plus grand hôtel de l'Indiana où le restaurant sert des spécialités Amish.

Autant dire que je me suis régalé tous les jours ! Manger des légumes et des viandes sans OGM, cultivées à la main, sans tracteur ni fertilisants, ça fait une sacrée différence. Et leurs tartes sont un truc de dingue :

Tarte chocolat - beurre de cacahuète avec 5 centimètres de crème dessus :-)

C'est la première fois que je mangeais de vrais bons haricots verts aux US (les expats comprendront !)

Voilà donc pour cette semaine à la fois gastronomique et dépaysante, véritablement entre deux mondes et deux époques !



dimanche 1 octobre 2017

La NASA, Google et moi - Business update n°11

Un nouveau trimestre vient de se terminer, c’est donc le moment de ma traditionnelle business update. Comme vous le savez certainement désormais, nous sommes arrivés en Californie en 2014 avec un visa investisseur afin d’exercer mon activité de consultant en informatique.

Je gère donc ma propre société, Interstate 21 (désormais aussi connue sous le nom Angular Training) et cet article en fait le bilan tous les trois mois.

Mon petit QG mobile dans le ciel avec vue imprenable !

1. Argent et croissance

2017 est d’ores et déjà la meilleure année de l’histoire d’Interstate 21, puisqu’à fin Septembre le chiffre d’affaires dépasse déjà celui de 2016 de plus de 10 000$. L’objectif d’atteindre les 200 000 est définitivement à portée de fusil et n’est plus qu’une question de semaines !

Tout ceci principalement grâce à la transition débutée l’an dernier vers la vente de produits plutôt que de services. En d’autres termes, plutôt que de vendre des heures de mon temps (forcément limité), avec généralement des contrats de six mois ou plus avec 40 heures par semaine consacrées à un seul client, je vends désormais mon expertise sous différentes formes : Cours vidéo, formations à distance ou sur site, et consulting packagé en produits (productivized consulting pour les intimes).

En mode présentation à Cleveland, où j'ai profité de mon séjour en septembre pour faire deux interventions en public

Cette dernière forme est la plus intéressante, car en plus d’être lucrative (200 à 300 dollars de l’heure en moyenne), elle se fait à distance et avec peu d’heures de travail. Du coup, je peux avoir plusieurs clients en parallèle, être à une conférence quelque part ou trois semaines en France tout en continuant à servir ces clients, ce qui serait impossible avec un contrat à plein temps.

2. Nouvelle marque

J'imprime mon nouveau logo partout !

Le trimestre dernier, je vous annonçais avoir investi environ 1500$ dans un nouveau site web et logo. Depuis, j’ai aussi acheté cartes de visite, autocollants et bloc-notes. Et ça marche, puisque ce nouveau positionnement m’a déjà permis de générer plus de 3500 dollars de revenus, avec un retour sur investissement supérieur à 100% !

Et ce n’est que le début, car le site est en page 4 ou 5 des résultats de recherche Google, soit quasiment invisible à ce jour. Lorsqu’il sera en première page, ce sera une autre histoire !

3. Conférences

Yeah, première conf en tant qu'intervenant, ça valait bien un selfie !

En septembre, je suis monté sur scène pour la première fois lors d’une conférence. C’était à Atlanta (Connect.tech) et j’y suis même intervenu deux fois, une heure le premier jour et une heure le second jour.

C’était une super expérience, et l’occasion de distribuer quelques cartes de visite, mais comme souvent c’est un détail que je retiendrai de ces deux jours.

En effet, ma première intervention n’a duré que 33 minutes, étant habitué à parler en public dans des situations où les interactions sont faites de nombreuses questions / réponses, j’avais largement sous-estimé que cette absence d’interaction réduirait autant mon temps de parole. Du coup, je pensais intérieurement “j’ai merdé, 33 minutes au lieu d’une heure, la honte !”.

La salle où j'ai "parlé" deux fois

Une file de 5-6 personnes se formait rapidement au pied du podium pour me poser des questions après l’intervention, et tous étaient super contents. Après quelques minutes à discuter avec chacun d’entre eux, la dernière personne approche, me tend la main et dit simplement “Merci beaucoup, c’était la meilleure intervention de toute la conférence à ce jour, j’ai vraiment beaucoup apprécié” avant de s’éclipser.

Le type a attendu plus de 5 minutes juste pour venir me remercier en personne ! C’était tout ce qu’il me fallait entendre. Le soir, j’ai passé une heure à l‘hôtel à améliorer et étendre mon contenu pour le lendemain, où ma prestation aura duré… 56 minutes ! Mission accomplie.


4. Publier, publier et publier

En mode studio d'enregistrement à l'hôtel... Le plus drôle est que mon éditeur m'a assuré que la vidéo enregistrée ce jour-là avait la meilleure qualité de son jamais enregistrée par mes soins !

Ce trimestre, j’ai également accepté un nouveau contrat avec mon éditeur pour un cours vidéo, qui sortira début novembre. J’ai déjà produit une quinzaine de ces vidéos, et c’est énormément de travail dont j’espère collecter les fruits dans les mois qui viennent.

En parallèle de ce blog, je publie aussi une fois par semaine sur le blog Angular Training des petits tutoriels et infos gratuites, là aussi afin de faire mon marketing et de continuer à me faire connaître.

5. Nasa

Cet été, j’aurais dû faire une formation pour la Nasa à Houston ! C’était pendant notre voyage en France, donc j’ai décliné l’offre. Quand l’ouragan Harvey a frappé le Texas pile pendant cette semaine, la formation a été reportée à Septembre, mais là encore j’ai dû décliner car je voulais passer un peu de temps à la maison, ayant déjà pas mal de choses planifiées ce mois-ci.

Cette photo-là, on la fera pour de vrai un peu plus tard

Bien sûr, cela aurait été formidable d’aller dans les installations de la Nasa à Houston, mais je sais que ce n’est probablement que partie remise. Depuis le début, mon business a toujours été au service de notre style de vie plutôt que l’inverse, et si atteindre 200 000$ de chiffre d’affaire sera une jolie réussite, le faire en ayant voyagé pendant 7 semaines cette année (comme en 2015 et 2016) sera le plus grand accomplissement de mon point de vue.

Gagner de l’argent, c’est bien, mais pouvoir en faire quelque chose, c’est encore mieux !

6. Google

Pour finir, LA grande nouvelle de ce trimestre, c’est ma nomination en tant que Google Developer Expert (GDE pour les intimes) par Google ! Cela faisait un an que je l’attendais, et deux ans que j’y travaillais très sérieusement, donc cela a été une grande fierté de recevoir cette annonce après trois entretiens avec d’autres experts et Googlers.

Qu’est ce que ce statut de GDE ? C’est un titre honorifique, une reconnaissance pour l’apport d’un expert à la communauté d’ingénieurs qui utilise une technologie particulière. Dans mon cas, je suis GDE en technologies web/ Angular, et l’un des bénéfices immédiats est que j’ai désormais accès direct à l’équipe Angular à Google pour toute question ou suggestion. Mais je ne suis pas salarié ni rémunéré par Google.

Les GDE sont également invités à des conférences gratuitement, souvent pour y intervenir. Par exemple, c’est Google qui a payé mes billets d’avion et nuits d’hôtel pour mes interventions à Atlanta, ce qui est quand même super classe :-)

Je suis le 15ème GDE pour Angular en Amérique du Nord, et il n’y en a que deux en France par exemple. C’est donc un statut assez rare, ce qui me rend d’autant plus fier et heureux de l’avoir obtenu. Sans aucun doute la plus belle reconnaissance de mon travail depuis le début de ma carrière professionnelle !

Voilà donc pour ce trimestre bien rempli (avec 3 semaines en France au milieu !) et plein de bonnes nouvelles. Hâte de voir ce que le dernier trimestre nous réserve…

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires. Par ailleurs, je songe à faire cette article une fois par mois plutôt qu’une fois par trimestre, est-ce que cela vous plairait ?