dimanche 5 avril 2020

L'impact du coronavirus - Business update n°21

Le premier trimestre de 2020 est déjà terminé. Comme à chaque fin de trimestre, c'est l'heure du bilan business, puisque comme vous le savez certainement déjà, nous sommes en Californie depuis 2014 grâce à ma société Interstate 21, qui a fêté ses 6 ans le 28 janvier dernier.

Le site web d'Interstate 21 n'a pratiquement pas changé depuis 2014

Comme vous vous en doutez, ce premier trimestre a été impacté par le coronavirus. Vu que l'une de mes activités principales est de faire des formations en présentiel, enfermé dans une salle de réunion pendant plusieurs jours avec 10 à 15 personnes, et bien... cela n'est pas trop compatible avec le virus.

En revanche, aucune de mes formations n'a été annulée. Au lieu de voyager à Dallas, San Francisco ou Seattle, j'ai donc fait ces formations depuis la maison et mon bureau, comme je le faisais déjà de temps à autre par le passé :

Voilà ce qui remplace tous mes voyages business pour le moment !

Côté marketing, je compte énormément sur les conférences et autres interventions en public. Dans ce domaine, tout a été annulé ou repoussé depuis Janvier, où j'avais pu faire deux interventions à San Diego ainsi qu'une à mon meetup à Sacramento début février, et une conférence à Oakland :

DeveloperWeek San Francisco Bay Area était ma toute première conférence en tant qu'intervenant en Californie... Ce qui est paradoxal, quand on sait que je suis allé à Sydney, Londres, et en Bolivie l'an dernier !


La conséquence immédiate, c'est que février et mars sont dans le top 3 de mes plus mauvais mois en termes de revenus sur ces 3 dernières années. Bon, cela reste des mois où nos revenus sont équivalents à 2-3 fois ce que je faisais en France avant notre départ, donc loin d'être catastrophique. Je pense que pas mal de monde se contenterait de 6-7000 dollars par mois à vie, donc je ne vais pas me plaindre.

Pour être totalement transparent, c'est aussi en partie lié à mon objectif de travailler moins en 2020. De ce point de vue là, le coronavirus est d'une grande aide, c'est certain !

L'endroit où nous souffrons le plus, c'est là où le travail à distance est impossible, et c'est donc la location de notre chalet :

En Avril, toutes les réservations ont été annulées, ainsi que pas mal en Mai et même cette été, incertitude oblige.

Pour vous donner une idée, la seconde ligne grise sur le graphique ci-dessus est celle que nous devons dépasser chaque mois pour que le chalet soit rentable. Pour le moment, on ne la dépasserait qu'en Juin. L'an dernier, nous l'avions dépassé 9 mois sur 12, et plus de doublé ce chiffre en Juillet et Août 2019 !

Donc le chalet souffre pas mal, comme beaucoup de business en ce moment. Certaines prédictions voient un taux de chômage aux USA à 20 ou 30% d'ici quelques semaines. Nous étions à moins de 4% en début d'année. Le service postal (USPS) pourrait faire banqueroute avant la fin de l'été. Et plusieurs millions de personnes vont mourir aux Etats-Unis dans le processus, sans compter les millions qui vont se retrouver à la rue quand ils ne pourront plus payer pour leur logement...

En Californie, toucher le chômage permet à une personne de toucher de 40$ à 450$ par semaine. Et le salaire moyen en Californie est de 1300 dollars par semaine...

Les gens vont donc devoir vivre avec 25 à 30% de leurs revenus habituels alors que la majorité vivent à plus de 100% de leurs revenus la plupart du temps... L'Américain moyen a 1000 dollars de côté... Et n'est donc pas prêt pour ça. Nous faisons face à une récession massive.

Comment allons nous passer cette tempête ?

Pour notre famille, il n'y a pas de gros soucis à l'horizon. Vous vous souvenez de cet article sur la retraite aux Etats-Unis ? Et bien, c'est la raison pour laquelle nous n'avons pas grand chose à craindre. Bien se préparer pour la retraite aux USA, c'est aussi être prêt à parer à toute éventualité, récessions incluses. Du coup, sans aucune aide gouvernementale et avec zéro dollar de revenus, nous pourrions subsister pendant un an à partir d'aujourd'hui.

Mais nous sommes bien loin de zéro dollar de revenus, et arrivons à couvrir toutes nos dépenses avec nos revenus actuels. Il y aura aussi des aides gouvernementales pour tous. Nous n'avons donc pas à toucher à notre trésor de guerre, enfin, de retraite, pour le moment. Je continue même d'y investir tous les mois !

Donc voilà le point sur ce premier trimestre que nous n'avions certainement pas imaginé de la sorte. La situation n'est simple pour personne et va constituer un véritable test pour tous business et individus aux Etats-Unis et dans le monde. Nous en sortirons certainement plus forts, et pendant ce temps, notre planète peut respirer un peu.

Comme d'habitude, vos questions sont les bienvenues en commentaires.

dimanche 15 mars 2020

Le château hanté de Preston à Ione

L'an dernier, nous avons découvert qu'un château se trouvait pas très loin de chez nous, à Ione. Un château très différent de Hearst Castle, aussi visité récemment, car Preston Castle fut construit pour servir de... camp de redressement de mineurs !

L'imposant Preston Castle se trouve sur une colline à Ione

Si l'architecture du château peut vous sembler banale, c'est probablement parce que vous êtes habitués à voir des châteaux. Aux Etats-Unis, c'est la première fois que je voyais un tel bâtiment, car les châteaux, en dehors des villas de milliardaires, on n'en en a pas. Surtout que celui-ci a plus de 125 ans.

Mais ce qui rend Preston Castle encore plus intéressant, c'est qu'il a été abandonné il y a quelques années.


On a donc un château qui fut une ancienne prison pour mineurs, désormais abandonné... En tant que prison, le château a connu son lot de meurtres et suicides, ce qui fait que les chasseurs de fantômes pensent qu'il est hanté.

Plusieurs films d'horreur et émissions de télé réalité (chasseurs de fantômes) y ont donc été tournés, cela va de soi.

Les anciennes maisons du personnel, aujourd'hui en ruines

Le complexe est immense. Il y a des terrains de sports, des piscines, plusieurs dortoirs, des serres, des ateliers. Une véritable petite ville fermée.

On ne peut y rentrer car les grillages sont imposants et cela est bien évidemment interdit. Le château (et lui seul) est ouvert aux visites guidées le week-end d'avril à août.

Dans notre cas, nous nous sommes contentés de faire le tour de tout le complexe à pied, soit 2,7 kilomètres !

Double-grillages, miradors, barbelés, la totale !


La prison a officiellement fermé ses portes en juin 2011. Elle avait ouvert en 1894. Le château n'était plus utilisé depuis 1960, ayant laissé place aux bâtiments plus modernes bâtis tout autour.

Une voiture de patrouille à l'abandon

Des vautours qui surveillent les environs, comme si il y avait besoin de ça pour rendre le lieu lugubre !

"Sous vidéo-surveillance 24 heures sur 24"

Apparemment, certains sont rentrés dans les bâtiments et se sont amusés avec de la peinture... Ou ce sont des restes du passé agité du château. Chacun est libre d'imaginer ce qu'il veut :

On pense que c'est de la peinture. Parfait pour Halloween !

Garages et panier de basketball à l'abandon

Un sas d'accès à l'enceinte pour les véhicules

Le château est un bon terrain d'entrainement pour photographes. Je me suis bien amusé :


A l'extérieur de l'enceinte se trouvaient des containers de stockage. L'un d'entre eux était ouvert et contenait des documents de suivi du personnel (feuilles d'heures, etc.)

Boîtes aux lettres vers les maisons du personnel

Quelques cellules dans l'un des multiples bâtiments du complexe

L'endroit est unique en son genre. Le fait d'avoir un tel ensemble de bâtiments à l'abandon, avec un passé chargé en histoires et rumeurs, fait de Preston Castle une visite comme on n'en avait jamais faite.

Ce n'est pas Alcatraz, mais ça reste impressionant !

dimanche 1 mars 2020

10 choses peu communes trouvées dans le désert

Nous revenons d'une dizaine de jours passés en Californie du Sud et Nevada. Un bon petit road-trip et la première fois que nous conduisions jusqu'à Las Vegas, avec un micro détour par l'Arizona !

L'occasion de découvrir ou redécouvrir pas mal de choses assez suprenantes ou hors du commun en plein milieu de nulle part :

10. Le cimetière d'avions de Mojave


Dans le désert de Mojave, plus précisément au Mojave Air and Space Port (oui, c'est aussi un point de départ pour des voyages dans l'espace !), on peut voir plusieurs dizaines d'avions en fin de vie qui attendent d'être démontés en morceaux...

Vue satellite des lieux :


9. Les lieux aux noms bizarres


La Californie regorge d'endroits aux noms surprenants, bien souvent parce que décidés après des soirées trop arrosées lors de la ruée vers l'or dans les années 1840-1850. Nous avons donc un Happy Camp, un Cool, et un Rough and Ready.

Quand à Zzyzx, son fondateur en 1944 avait déclaré que c'était le dernier mot dans le dictionnaire anglais. Ce qui n'est bien évidemment pas vrai... Probablement une autre histoire de bouteille ou de soleil qui tapait trop fort !

Un autre nom amusant rencontré en chemin : Cal-Nev-Ari, une petite ville située non loin de l'endroit où les trois états Arizona, Californie, et Nevada se rencontrent. Il en existe d'autres aux US, comme Texarkana sur la frontière Texas / Arkansas.

8. Le plus grand thermomètre du monde à Baker



Haut de 41 mètres, il se trouve dans la petite communauté de Baker dans le désert de Mojave. Un coup marketing au coût de $700 000 pour le propriétaire du restaurant adjacent !

7. L'aire de repos pour les extra-terrestres


Un autre coup marketing en plein milieu de nulle part. A Amargosa Valley, cette boutique se vante être un centre pour les extra-terrestres de la zone 51.

Quelques kilomètres plus loin, nous avons vu ce qui ressemblait fortement à une autre voie d'accès à la base secrète ou l'une de ses voisines, le Nevada regorgeant de bases militaires et de centres de tests de missiles. En 2018, nous avions approché à quelques mètres de l'entrée de la zone 51. Cette année, nous avons été plus sages.


6. Le borax à Boron



Nous avons fait un arrêt à la plus grande mine à ciel ouvert de Californie, qui s'avère être également la plus grande mine de borax au monde.

Ce camion est monumental... Il faut des escaliers pour grimper au poste de pilotage

Clara et Thomas dans la roue d'un camion de la mine

5. L'art fantôme à Rhyolite


Dans la ville fantôme de Rhyolite, aux portes de la vallée de la Mort, une exposition artistique de plein air est des plus originales. C'est gratuit, et il y a pas mal de fantômes !

4. Les bunkers de munitions à Hawthorne


Quand on arrive à Hawthorne, Nevada, on ne peut pas les louper : Ce qui ressemble à des dunes de sable aux formes étrangement régulières est en fait un gigantesque entrepôt de munitions et bombes en tous genres de l'armée US !

Vue satellite :



3. Les panneaux solaires à perte de vue


A chacun de nos road-trips dans le désert, ils semblent de plus en plus grands et nombreux. Les champs de panneaux solaires poussent comme des champignons et c'est tant mieux !

Vue satellite :



2. California City, la plus grande ville fantôme de l'histoire



La photo ci-dessus a été prise à California City, la troisième plus grande ville de Californie en superficie, après Los Angeles et San Diego.

Le truc, c'est que si Los Angeles compte 4 millions d'habitants et San Diego 1,5 millions, California City n'en a que... 14 000 !

En 1958, un professeur de sociologie décida d'acheter 33 000 hectares de désert afin de les transformer en une ville qui bientôt rivaliserait avec Los Angeles... Le seul problème : Personne n'est jamais vraiment venu.

Aujourd'hui, California City est un immense quadrillage de rues de sable ayant toutes un nom, mais pratiquement pas d'habitants...

Vue satellite :

Les limites de California City en rouge; On devine toutes les rues en sable. Les 14 000 habitants se sont regroupés autour du centre ville, qui compte un immense boulevard périphérique circulaire, un lac artificiel et un terrain de golf !


1. La forêt internationale de voitures de la dernière église


C'est son nom officiel : International Car Forest of the Last Church. Un endroit pour le moins surprenant où voitures, bus, et même une limousine sont plantées dans le sable et couvertes de peintures ou graffitis.


C'est un lieu pour le moins bizarre, difficile à décrire, mais qui mérite un arrêt photo, c'est certain ! L'art moderne n'a pas de limites. Lors de notre dernière visite, Adeline avait terminé à l'hopital, nous avons donc été extrêmement prudents cette fois-ci !


Voilà pour ces dix choses uniques en leur genre trouvées sur la route durant nos quelques jours de road-trip dans les déserts de Californie et Nevada. Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

jeudi 30 janvier 2020

Le magnifique Hearst Castle

Juste avant Thanksgiving 2019, nous avons visité Hearst Castle, une propriété gigantesque située sur les montagnes surplombant l'océan Pacifique à San Simeon.


Hearst Castle est un château qui a été bâti par le milliardaire Hearst entre 1919 et 1947. L'architecture est inspirée de ses visites en Europe et a des touches italiennes, espagnoles et françaises parmi tant d'autres.

Vue sur le Pacifique depuis le château

Le château est aujourd'hui un parc d'état de Californie et se visite pour environ $25 par personne selon les options choisirs. On embarque ensuite dans un bus qui grimpe une route longue de pas moins de 7 kilomètres et qui sillonne autour des collines qui entourent la propriété, offrant de magnifiques vues sur les environs.

Vue depuis la route de Hearst Castle, qui a son propre aérodrome visible dans la plaine en face

A la grande époque du château, les terres tout autour avaient été transformées en un zoo immense où ours, zèbres, et toutes sortes d'animaux exotiques cohabitaient. Seuls les zèbres restent présents aujourd'hui et visibles le long de la Highway 1.

La piscine Neptune où le marbre ne manque pas

Une fois au château, la visite commence par la magnifique piscine Neptune. Hearst étant un entrepreneur dans les médias, il avait de nombreux amis à Hollywood. La piscine et le château ont ainsi vu de nombreuses stars de l'époque comme Charlie Chaplin qui y a passé des journées entières.

La seconde piscine, couverte et chauffée, est encore plus grande et luxueuse ! Sur son toit, il y a deux terrains de tennis.

 A l'intérieur du château, tout est immense, des cheminées à la salle à manger où 22 personnes pouvaient dîner à la même table !

La salle à manger

Il y a même un cinéma riche en ornementations, où l'on assiste à un petit "film de vacances" où célébrités de l'époque s'amusent au château :


L'extérieur est tout aussi époustouflant. Jardins, statues, il y a des choses à découvrir dans tous les coins, on pourrait y passer des heures !



Le château est entouré de trois villas indépendantes pour les visiteurs, parce que Hearst voulait que ses invités puissent rester la nuit et avoir leurs propres quartiers.

Une des trois villas et les jardins qui l'entourent

Nous avons passé 2 à 3 heures à explorer le château. Ensuite, retour en bus vers le visitor center pour aller voir un film d'une trentaine de minutes sur l'histoire de Hearst et du château. Très intéressant et très bien fait !

Eléphants de mer à San Simeon

Si vous longez un jour la Highway 1 et passez par San Simeon, n'hésitez pas une seconde : Hearst Castle est une visite à faire dans la région. Et n'oubliez pas non plus les éléphants de mer le long de la route juste après l'intersection qui mène au château. Il y a quelques hôtels et restaurants à San Simeon, bien pratique pour passer la nuit avant ou après une journée de visite dans le coin.

lundi 20 janvier 2020

2019 ou l'année de nouveaux records - Business update n°20

2019 est terminée et a laissé place à une nouvelle décennie. Comme le veut la coutume trimestrielle et annuelle, c'est l'heure de ma petite update business ! Comme chaque année, j'avais plusieurs objectifs variant de fantaisiste à super facile à complètement zinzin.

San Francisco avant atterrissage

Quelques exemples parmis mes 34 objectifs fixés :

  • Faire 280 000 dollars de chiffre d'affaires (soit 24 000 par mois)
  • Faire au moins 40 000 dollars de chiffre d'affaires avec notre chalet
  • Intervenir à au moins 4 conférences et voyager sur tous les continents me restant à explorer
  • Voyager pendant au moins 7 semaines par an
  • Passer au moins une heure par semaine à regarder des cours vidéos, lire des articles techniques et apprendre de nouvelles choses

Commençons par les chiffres. Mes objectifs pour 2019 peuvent paraître incroyablement élevés, surtout si vous vivez en Europe, mais si on part du principe que j'avais réalisé 276K dollars en 2018, mettre un objectif à 280K en 2019 faisait preuve d'une ÉNORME ambition de croissance de... +1,8% !

Que de chemin parcouru depuis mes débuts en 2012 !


Du coup, cela n'a pas été "trop" compliqué d'atteindre 286 549 dollars, ce qui constitue un nouveau record absolu en termes de revenus. Le chalet a lui réalisé 42 500 dollars donc les deux objectifs financiers ont été atteints, ce qui assez rare pour être souligné !


Un autre objectif qui pouvait sembler complexe était d'intervenir à des conférences en Amérique du Sud et en Australie, afin de finir de visiter les six continents du monde :

Ca y est, je suis allé sur tous les continents !

Comme expliqué le trimestre dernier, j'ai postulé à 10 conférences et ai été sélectionné pour six d'entre elles en 2019. J'ai dû en refuser une en raison de conflits dans mon calendrier, mais j'ai tout de même visité le Nebraska, l'Iowa, Londres, Sydney et la Bolivie. Mission accomplie !

Depuis l'hotel en Bolivie

Un objectif plus complexe que prévu était de voyager sept semaines par an. Je ne fais pas de distinction entre objectifs business et perso, car c'est ma vie dans tous les cas, et l'un impacte forcément l'autre en termes d'énergie et de temps disponible.

En 2019, tous mes voyages business ont eu tendance à saper pas mal d'énergie pour penser à des voyages perso. Je trainais un peu les pieds. En revanche, Adeline était ultra motivée car elle ne faisait pas tous ces voyages business (à une ou deux exceptions près).

Donc nous y sommes arrivés malgré tout, les trois semaines en France en juin ayant bien aidé, mais il est vrai que nous avons principalement voyagé en Californie et Nevada, pas de vols en famille cette année en dehors de la France.

En famille à Glacier Point, Yosemite

Le dernier objectif dont je voulais parler ici est celui d'apprendre en continu au moins une heure par semaine. Si cela est assez simple à mettre en place, les bénéfices cette année ont été énormes car deux de mes interventions à des conférences (Londres et la Bolivie) sont directement liées à des connaissances acquises durant le premier trimestre de 2019.

Cela m'a aussi permis d'intervenir à quelques groupes de développeurs à Sacramento, Salt Lake City et Cincinnati lors de visites business.

J'organise toujours mon propre meetup à Sacramento qui marche plutôt bien

Je ne compte pas non plus le nombre de fois où des infos glanées lors de conférences m'ont permis de briller auprès de clients lors de consulting. Dans le domaine de la tech, être au top et à jour dans plusieurs domaines est un avantage indéniable.

J'ai participé à 9 conférences en tout et pour tout en 2019, ce que peu de personnes peuvent faire en une année ! D'autant plus facile que tout était gratuit pour moi pour 8 de ces événements. Et vu que je ne suis pas payé "à l'heure", passer quelques jours par an dans une salle de conférences ne me fait pas perdre de revenus, bien au contraire.

Juste avant un de mes talks à Des Moines (Iowa) cet été

L'avantage d'intervenir à une conférence, en dehors d'avoir voyage et quasiment tous frais payés, c'est l'accès gratuit à l'événement en lui même, et donc la possibilité d'apprendre de nouvelles choses.

Enfin, j'ai démarré un nouveau business en septembre 2019. Je fais du coaching pour personnes salariées qui veulent se mettre à leur compte et suivre une trajectoire basée sur mon parcours. Pour le moment, les premiers participants se débrouillent bien et gagnent de l'argent, donc c'est super !

Le site de mon nouveau service Consultant Factory où je coache des gens qui soiuhaitent devenir indépendants

Reste à mieux promouvoir mes services et c'est l'un des objectifs en 2020. En 2019, j'avais également arrêté de courir des semi-marathons et cela a grandement manqué. Même si j'ai continué de courir régulièrement, la motivation n'était pas la même et j'en ai payé le prix (moins frais mentalement, moins bon sommeil, moins facile de ne pas prendre de poids - incroyable ce que l'effort physique peut aider dans tellement de domaines) donc cela va aussi changer en 2020.

En 2020, je vais donc changer pas mal de choses. Tout d'abord, je vais considérablement réduire mes objectifs de revenus :

Oh mon dieu, en 2020 tout va s'écrouler, et volontairement en plus !

Pourquoi décider de ralentir ? Tout simplement parce que je n'ai toujours pas trouvé de grand intérêt à accélérer et à vouloir toujours plus. Toutes les études montrent qu'au delà de 80-90 000 dollars par an, avoir plus des revenus ne change pas grand chose et ne rend pas plus heureux.

Je peux le confirmer, à part prendre plus de temps, je ne vois pas de différence flamboyante avec où nous étions il y a 3-4 ans.

Donc en 2020, je veux avoir davantage de temps à la maison et ai pris quelques premières mesures drastiques, comme l'interdiction de travailler une fois que les enfants sont rentrés de l'école (soit 15h20), ce qui facilitera aussi la course à pied.

Pour le moment, ça marche bien et j'apprécie de déconnecter plus tôt. Si ça continue de la sorte, je pourrais augmenter mon temps libre au point de qualifier ma situation de semi-retraite, ce qui pourrait être sympa sur le long terme. A voir ! Je vous tiendrai au courant à la fin de chaque trimestre, comme d'habitude.

D'ailleurs, je vais publier moins d'articles sur le blog mais cela sera largement compensé par plus de contenus sur Facebook et Instagram donc n'hésitez pas à nous suivre sur ces deux plate-formes où nous avons des comptes spécifiques "A nous la Californie" en plus de nos comptes perso (ici pour Adeline, ici pour Alain). Ce qui ne sera pas sur le blog sera sur ces réseaux sociaux.

Des questions ou des commentaires ? N'hésitez pas à m'en faire part ci-dessous. Et vous, des objectifs particuliers pour 2020 ?