dimanche 25 octobre 2020

5 faits surprenants sur l'élection présidentielle aux USA

L'élection présidentielle aux USA arrive bientôt, et c'est l'occasion de nous pencher sur quelques bizarreries et spécificités de cette élection pour le moins surprenante...

Cet article est bourré de liens intéressants vers toutes sortes de stats et informations, donc n'hésitez pas à cliquer dessus.

1. Personne ne connait tous les candidats


Vous pensiez que l'élection présidentielle oppose Donald Trump à Joe Biden ? Et bien ce n'est pas le cas ! Il y a en fait 1222 candidats déclarés à ce jour ! (la liste complète ici). Il y a 324 démocrates, 164 républicains, 65 libertariens, 23 verts, et même 3 communistes !

Evidemment, la quasi majorité des électeurs n'en a aucune idée, et hormis les deux candidats que tout le monde connait, aucun débat ni temps de parole n'est accordé aux autres, à moins bien évidemment qu'ils n'achètent ce temps de parole.


2. Le vainqueur ne sera peut être pas celui qui a le plus de voix


En 2016, Trump a gagné l'élection avec 46,1% des voix, alors que Clinton en avait 48,2 %. C'était la cinquième fois que cela se produisait, l'autre cas récent étant Bush en 2000.

Comment est-ce possible ? En fait, chaque état possède en certain nombre de grands électeurs (au moins 2 pour chaque état, plus un nombre proportionnel au nombre d'habitants de l'état), ce qui donne le "poids" suivant à chaque état :

Répartition des grands électeurs par état

Pour gagner l'élection, il faut avoir 270 votes de ces grands électeurs. Là où cela peut paraître bizarre, c'est que si Biden gagne la Californie avec 50,1% des voix, les 55 voix de la Californie vont pour lui, et zéro pour Trump. Du coup, le pourcentage final de votes du peuple n'a pas vraiment d'importance, à part dans les états où la compétition est très serrée, puisque le vainqueur prend toutes les voix, qu'il gagne de +0,1% ou de +30% !

A la base, ce système avait été pensé pour chaque état compte vraiment, mais aujourd'hui, il créé un vrai déséquilibre qui favorise toujours les candidats républicains.

Par exemple, la Californie a 39,5 millions d'habitants et le Wyoming 550 000. La Californie a donc 72 fois plus d'habitants que le Wyoming, mais ne compte que 18 fois plus en termes de grands électeurs (55 contre 3).

La répartition des votes des grands électeurs en 2016. Notez que certains n'ont pas suivi la "consigne" donnée par le vote du peuple et ont décidé de voter pour un autre candidat, comme Spotted Eagle dans l'état de Washington 

3. Certains états ne comptent même plus vraiment du tout pour l'élection

Trump ne devrait réaliser que 34% des votes en Californie et n'a donc rien à gagner à y faire campagne, car même un bond de +10% en suffrages lui rapporterait zéro grand électeur au final.

Du coup, les campagnes présidentielles se concentrent généralement sur les quelques états qui sont parfois républicains, parfois démocrates. C'est ainsi que l'Iowa, l'Ohio, le Michigan ou la Floride sont souvent sur le devant de la scène le soir de l'élection, car c'est souvent là que l'élection se joue.

Cette année, voici les 9 états qui vont faire la différence :


Dans la majorité des 41 autres états, le résultat est pratiquement connu à l'avance (par exemple, Biden est donné vainqueur de la Californie à 99%, et Trump vainqueur du Wyoming à 99%)

4. Les budgets de campagne sont illimités par respect de la "liberté d'expression"

La campagne 2020 va coûter près de 11 milliards de dollars à l'ensemble des candidats et devrait être la plus couteuse de l'histoire :



Evidemment, cela peut s'expliquer par le coronavirus, qui a forcé les candidats à davantage dépenser en pubs télé, radio, et internet. 

Ces campagnes sont absolument odieuses et horribles à regarder, à l'exception de celle-ci, même si d'un point de vue politique, ça n'élève guère plus le débat.

Juste un exemple typique côté Trump, qui prend 3-4 militaires et policiers décrivant chacun à leur tour que l'Amérique sous Biden, ce serait horrible, les portes seraient ouvertes à tous les violeurs, assassins, et terroristes, et nos villes seraient en feu, et que cela "continuerait comme en 2020" (année pendant laquelle Trump est président, soit dit en passant - mais il est certain que ce genre de message vise une population pas vraiment contrariée par ce genre de "détail").

A noter que les budgets de campagne sont illimités par volonté de ne pas limiter la liberté d'expression des candidats, ce qui est une façon de voir les choses...

5. Le soir de l'élection pourrait tourner en guerre civile, ou en grande fête


Les ventes d'armes sont en grande augmentation ces dernières semaines, car Trump annonce que l'élection va être truquée, la plus truquée de l'histoire, et ce alors que c'est lui qui dirige le pays (visiblement, ça ne le choque pas !). 

Il refuse de demander à ses supporters de rester calmes si le vainqueur n'est pas connu le soir de l'élection, ce qui est possible car beaucoup de gens votent par courrier, ce qui pourrait engendrer des délais à compter les voix.

Mais bon, tout cela n'est que spéculation, car la probabilité que cette élection se joue à rien est de plus en plus faible :


Normalement, Trump devrait se faire ridiculiser, mais cela aurait aussi dû être le cas en 2016. La seule différence, c'est que Facebook et Twitter ont décidé d'apprendre des erreurs de 2016, et Cambridge Analytica a été dissolue, donc de ce point de vue là, il ne devrait pas y avoir de surprise.

Pour plus d'info sur comment Trump a gagné la campagne 2016, je suggère le documentaire The Great Hack, ou encore Get Me Roger Stone. Les deux sont tout simplement hallucinants ! 

Conclusion


Pour conclure, vous pouvez simuler le résultat de l'élection sur ce site. Donnez les états à Trump ou à Biden, ou laissez la prédiction courante faire le travail, et voyez le résultat.

Pour ma part, j'ai essayé de donner quatre états importants et indécis à Trump (Texas, Floride, Arizona, et Géorgie) et seulement la Pennsylvanie à Biden, et cela fait 283 pour Biden et 254 pour Trump, donc ce dernier est vraiment mal en point :



On verra bien ce qui se passe début Novembre, en espérant que l'affaire se conclue rapidement dès le soir même de l'élection !

dimanche 18 octobre 2020

2020 est bientôt finie - Business update n°23

 A la fin de chaque trimestre, je vous ai habitués à avoir une "business update" qui consiste à résumer nos diverses activités professionnelles aux Etats-Unis. L'année 2020 étant ce qu'elle est, ne vous attendez pas à voir des conférences à Sydney ou des voyages pro en Inde. Mon dernier voyage business remonte à Charlotte en janvier dernier, c'est dire !

Clara et Thomas à Sedona début octobre, devant un panorama magnifique à Sugarloaf Mountain

Début octobre, nous avions planifié un voyage différent de toutes nos précédentes aventures : Il n'y avait qu'une seule destination, et Clara allait à l'école tous les matins, tandis que je travaillais pendant le temps d'école. L'après-midi, c'était randonnée, exploration, et fun !

Nous avons loué un Airbnb à Sedona pendant une semaine. L'idée était de changer d'air, fuir la fumée des feux de forêt en Californie, et simplement vivre en Arizona pour quelques jours.

Pas un road-trip donc, mais plutôt une courte expérience de vie dans un autre état, puisque nous avions notre propre appartement sur place et les activités business / école en parallèle.

Tout le monde est ravi au pays des roches rouges !

Si vous nous suivez depuis quelques temps, vous savez certainement qu'une année comme 2020 ne peut pas nous faire plaisir, puisqu'elle nous a empêché de voyager, a perturbé nos activités business, et a été globalement une année de merde à ce jour. Il fallait donc trouver un moyen de tirer profit de cette année pourrie, et c'est la raison de ce voyage qui avait donc plusieurs buts :
  • Expérimenter un mode de "semi-retraite" pour moi, avec travail seulement le matin
  • Vivre dans un autre état et voir si on pourrait se plaire ailleurs qu'en Californie, au cas où elle devienne invivable d'ici quelques années.
  • Et surtout, profiter de l'école à distance pour pouvoir voyager tout en allant à l'école !
Clara a gravit une montagne que son frère et sa maman n'ont pas pu faire jusqu'au bout. 170 mètres d'ascension de Cathedral Rock, du sable rouge jusqu'aux oreilles, et même pas peur !

Nous comptons faire un autre voyage, au Texas cette fois-ci, en Novembre. Celui-ci sera plus orienté road-trip, même si l'idée sera aussi de tester le Texas par la même occasion.

Et les activités business dans tout ça ? On a réussi à complètement gommer l'impact du coronavirus et atteindre l'objectif chiffré que j'avais fixé pour cette année. Non sans mal, c'est certain, mais on va y arriver, c'est certain aussi.

Et vu qu'une année particulière demande une réaction exceptionnelle, il se pourrait même que l'on approche de notre record de 2019, au final.

Clara a capturé son papa en plein travail au chalet, après avoir piqué mon téléphone pour prendre la photo !

Ceci dit, 2020 aura été une année fatiguante. J'ai travaillé avec des clients moins idéaux que d'habitude pour nous assurer de passer la pandémie de façon comfortable, ce qui n'est pas fun, car j'ai travaillé beaucoup plus que ce que je voudrais. C'est simple, j'aurais voulu suivre l'école des enfants à la maison, mais je n'ai pas eu le temps de le faire une seule fois.

Du point de vue de notre chalet, le coronavirus, les feux de forêt, le parc national de Yosemite, et j'en passe, nous ont fait fermer les locations sur Airbnb pendant une grande partie de l'année.

Et puis, le fait que les enfants soient limités dans leur évolution (sport, école, etc.) est ce qui me chagrine le plus au final. Je ne parlerai même pas de l'éléction présidentielle. On a juste hâte que tout ça finisse !

Les revenus des locations du chalet ont été complètement hors de contrôle cette année, avec Octobre qui devrait être le second meilleur mpis de l'année, ce qui n'a pas beaucoup de sens


On a un peu le sentiment d'avoir été attaqués de toutes parts en 2020, et quand les choses ne vont pas comme je veux qu'elles aillent, j'ai une tendance à prendre des décisions proportionnelles à l'ampleur de l'attaque subie (style quitter la France et déménager en Californie il y a six ans, pour ne citer qu'un exemple).

Du coup, nous sommes dans une période où de gros changements sont envisagés, certains en cours et bien avancés, d'autres en phase de réflexion. Ils devraient constituer une étape vraiment importante pour notre avenir, et j'ai hâte de pouvoir vous en parler sur le blog d'ici la fin de l'année !

En attendant, je vais laisser votre imagination spéculer. N'hésitez pas à faire vos pronostics en commentaires, il y a quelques indices dans cet article de toutes façons... Affaire à suivre !