mercredi 5 juin 2019

Promenade à la Nouvelle Orléans

Il y a quelques semaines déjà, je suis passé par la Nouvelle Orléans le temps d'une petite heure et demie avant de prendre la route pour le Mississippi. J'en ai donc profité pour faire une visite rapide du quartier français, appelé Vieux Carré en français et French Quarter en anglais.

Centre ville de New Orleans

A première vue, la Nouvelle Orléans ressemble à n'importe quelle grande ville US : Des gratte-ciel, un stade de football US de 80 000 places, un aéroport international. Mais dès qu'on arrive dans le quartier français au bord du Mississippi, c'est une toute autre histoire.


Les petites rues étroites sont à sens unique, les maisons ont des volets (des vrais !) aux fenêtres, de grands balcons, et si ça n'est pas vraiment comme en France, ça ne ressemble clairement pas du tout à la ville habituelle américaine :



D'autant plus que la Nouvelle Orléans a un libéralisme typiquement français en ce qui concerne l'alcool et la cigarette : Il est autorisé de boire dans la rue et les gens ne s'en privent pas, probablement parce que c'est un interdit dans 99% du reste du pays. Du coup, il y a beaucoup d'alcool et de fumée dans les rues.



Au bord du Mississippi, un bâteau à aubes est prêt pour l'embarquement pour une croisière-dîner au son du jazz. L'orchestre est déjà à 100% avant même le début du voyage :


Après avoir longtemps réfléchi à l'architecture du quartier français, j'ai réalisé que la Nouvelle Orléans me faisait un peu penser à Fort de France en Martinique. Et ce n'est pas illogique historiquement parlant : On y retrouve cette forme d'architecture coloniale différente de celle de la métropole, comme pour la cathédrale par exemple :

La cathédrale Saint Louis de la Nouvelle Orléans fait face au Mississippi

Du coup, la visite est assez dépaysante. Les noms des rues sont affichés en français et en anglais, et le nombre de touristes francophones est bien plus élevé que la moyenne aux USA : je croise des gens qui parlent (et ont le look) français un peu partout.


Je n'ai clairement pas passé assez de temps en ville pour tout voir, mais ce petit aperçu a été plaisant et me donne envie d'explorer la Nouvelle Orléans en famille à l'avenir.

dimanche 26 mai 2019

5 chiffres fascinants sur l'argent aux Etats-Unis

Après toutes ces années passées aux Etats-Unis, si il y a bien une chose qui me fascine toujours autant, c'est le rapport à l'argent qu'ont les américains. Je vous avais déjà parlé du rêve américain en 2019 et consacrerai bientôt un article à vous expliquer ma propre stratégie pour la retraite aux USA, mais afin de vous y préparer un peu, je voulais donner quelques chiffres fascinants sur l'argent aux Etats-Unis.

Je ne pouvais pas résiter à un meme Breaking Bad pour l'occasion

12% des foyers US sont millionaires

Pourquoi pas commencer par du lourd, n'est-ce pas ? J'avoue que lorsque j'ai découvert ce chiffre il y a quelques mois, je n'y croyais pas moi même. Et puis, en y réfléchissant un peu, ce n'est en fait pas si surprenant que ça. Car on parle ici de net worth (patrimoine net) et quand on voit le coût de l'immobilier dans pas mal de villes majeures, cela fait de chaque propriétaire un millionaire potentiel.

Regardons San Francisco par exemple :

Toutes les zones en rouge de la ville sont celles où la valeur moyenne des logements est supérieure à 1 million de dollars. Les zones oranges sont à 800 000 dollars en moyenne. Et il y a 880 000 habitants à San Francisco, donc cela fait pas mal de millionaires actuels ou à venir.

Vous savez donc désormais pourquoi nous investissons dans l'immobilier aux Etats-Unis. Par exemple, si nous décidions de vendre notre maison aujourd'hui, nous récupèrerions une plus value de 100 000$. Pas mal comme récompense pour vivre dans une belle maison pendant 3 ans !

58% des américains ont moins de 1000$ d'économies

Ce chiffre là me surprend moins, dans la mesure où les américains dépensent sans vraiment réfléchir aux conséquences. C'est aussi la raison pour laquelle certains ne prendront jamais leur retraite : Ils n'ont aucune économie pour pouvoir le faire :

Notez qu'un tiers de la population a zéro dollar mis de côté !

Bien évidemment, on pourrait en déduire que c'est parce que les salaires US ne sont pas assez élevés. Mais ce n'est pas vraiment le cas :

Revenu moyen par foyer:

Seul le Luxembourg propose un plus haut revenu net moyen que les USA. En France, ce chiffre est à 31 000 dollars par an, soit 45% moins. 

Dette de carte de crédit moyenne par foyer: $5700

Ce chiffre est particulièrement intéressant quand on connait le fonctionnement des cartes de crédit, car la balance de ces cartes est à payer à chaque fin de mois. Si l'on compare avec le chiffre ci-dessus du revenu moyen qui est est à 56500 / 12 = $4700, on voit tout de suite que l'américain moyen va toujours dépenser plus que ce qu'il gagne, et pas seulement de quelques dizaines de dollars par mois... 

A l'exception des plus pauvres qui s'endettent faute de revenus suffisament, on remarque que l'endettement augmente globalement en fonction des revenus. Plus un américain gagne, plus il dépensera et s'endettera :



Pour mon dernier chiffre, ce sera plutôt une série de nombres qu'un seul, car :

Les métiers qui rapportent aux USA ne sont pas toujours ceux que l'on croit

Certains métiers sont bien mieux rémunérés qu'en France, d'autres beaucoup moins. Et surtout, la moyenne ne veut pas toujours dire grand chose, comme le montre la fourchette de salaires piur chaque métier :

1. Dentiste - $184 622  (de $46 000 à $416 000)
2. Joueur de soccer professionnel (MLS) - $117 400 (de $51 000 à 8 millions)
2. Ingénieur logiciel - $107 356 (de $33 000 à $222 000)
3. Présentateur télévision - $83 300 (de $14 000 à $875 000)
4. Avocat - $69 289 (de $14 000 à $200 000)
5. Chauffeur routier longues distances - $66 000 (de $14 000 à $166 000)
6. Professeur de lycée - $59 000 (de $14 000 à $111 000)
7. Officier de police - $50 000 (de $14 000 à $113 000)
8. Pompier - $44 450 (de $14 000 à $96 000)

Ce qui me fascine toujours autant, c'est que la plupart de ces métiers permettent de gagner un salaire à six chiffres. Comme vous pouvez le voir, il est souvent possible de doubler ou tripler son salaire entre début et fin de carrière. Et bien évidemment, le fait que l'informatique est l'une catégories les mieux payées du pays me fait particulièrement chaud au coeur :-)


Conclusion

La conclusion à laquelle je suis arrivé il y a quelques années est que le simple fait d'avoir grandi en Europe est un immense avantage aux Etats-Unis, car on n'a pas cette faculté au surendettement et à consommer tout ce que l'on gagne, avant même de l'avoir gagné.

Dans notre quartier, le revenu moyen est grosso modo le même que celui du pays, et tout le monde a des jardiniers, personnel d'entretien, une à deux voitures par personne, et je ne parle pas des bâteaux et des jet-skis. C'est évident, beaucoup vivent largement au-dessus de leurs moyens et perdront énormément lors de la prochaine crise économique, mais cela reste épatant de voir que la classe moyenne US puisse s'en permettre autant, ce qui ne serait définitivement pas le cas dans beaucoup d'autres pays.

Vu que tous les chiffres sont publics ici, il est facile de savoir où l'on se situe et ça fait super plaisir de voir qu'en quelques années, nous avons fait notre chemin dans le top 10 à 20% de la population dans toutes les catégories (net worth, revenus, credit score, etc.) et ce par le fruit de notre propre travail.

Des questions ou des commentaires ? N'hésitez pas à m'en faire part ci-dessous.