samedi 9 décembre 2017

Mon dernier marathon...

Il y a deux ans, je courais ce que je pensais être mon premier et dernier marathon. Avec le temps, on finit par oublier à quel point la course est difficile, et puis il s'avère que juste à côté de chez nous se déroule le marathon international de Californie, qui relie Folsom à Sacramento...

Alors je me suis laissé tenter pour mon second (et bien évidemment dernier) marathon :

La course la plus rapide de l'ouest, légérement en descente, bla bla bla, je me suis dit que j'allais faire un meilleur chrono que la première fois !


Et donc après trois mois de préparation intense avec 4 entrainements par semaine, des sorties de plus de deux heures pratiquement tous les week-ends, je prenais le bus à Folsom pour rejoindre la ligne de départ, à 5h30 du matin durant la nuit du 3 décembre...

Avec plus de 10 000 coureurs sur la ligne de départ, et le risque d'attaque terroriste toujours présent, la police de Folsom a sorti son blindé pour nous :

Voilà le genre de jouet que s'offre une ville de 77 000 habitants autour de chez nous...

J'en ai profité pour admirer la plus grande collection de toilettes portables jamais vue, une pour 30 coureurs, ça s'étend jusqu'à l'infini :

Comptez le nombre de toilettes... Une ligne de 400 selon les organisateurs !

L'avant course est super ennuyeux à gérer. Le départ est à sept heures, on ne peut pas vraiment manger ou boire trop avant le départ, il fait frais (5-6 degrés) donc je marche un peu partout, vais prendre une photo du départ :


Pour le 35ème anniversaire de cette course, il avait été décidé que cette année, elle servirait aussi de championnat des USA de marathon. Du coup, le vainqueur allait être couronné champion des Etats-Unis, ce qui veut dire que tous les meilleurs coureurs du pays sont là !

Le soleil se lève sur mon objectif : 4 heures ! Ce serait 18 minutes de mieux que pour mon premier marathon

Il faut aussi savoir que le plateau est d'autant plus relevé que ce marathon est la dernière opportunité de l'année de se qualifier pour le fameux marathon de Boston. Tous les coureurs ayant échoué avant, ou s'étant blessé durant l'année, sont donc là pour décrocher leur qualification !

A mon âge, il faudrait un chrono de 3h15, donc je n'y songe même pas une seconde !

Peu avant le départ, il fait désormais jour, les 12 000 coureurs sont prêts !


Départ : Après l'hymne national, c'est parti ! On avance lentement jusqu'à la ligne de départ, et la course commence enfin. Je reste au contact de notre meneur d'allure qui porte son panneau "4:00" et prend le rythme assez facilement.

On dit qu'un marathon commence au trentième kilomètre donc j'ai encore le temps avant de souffrir.

Mon matériel de course : Deux bouteilles d'eau bourrées d'électrolytes, et des gels de 100 calories chacun à prendre toutes les 45 minutes


Dixième kilomètre : Je gère mon affaire tranquillement, surveille le chrono tout en prenant une gorgée d'eau toutes les 10 minutes, mon second gel à 45 minutes, et voilà qu'au passage du dixième kilomètre, c'est le drame : J'ai super envie de faire pipi !

Cela ne m'est jamais arrivé sur aucune course avant, et devient vite insupportable, alors je prends un peu d'avance sur mon meneur d'allure, et au ravitaillement suivant, m'arrête aux toilettes... Où 3 coureurs font déjà la queue !

Je vois le panneau des 4 heures me doubler, le chrono continue de tourner, c'est la cata. Au final, je perds une minute trente avec cette affaire, et décide de vite rattraper mon objectif pendant qu'il est facile de le faire.

Je cours donc plus vite sur un kilomètre et demi, et je rejoins mon petit groupe, mais mon rythme cardiaque est à 92% du maximum, ce qui est une mauvaise idée sur un marathon...

Vingt et unième kilomètre : La mi-course approche et tout va pour le mieux, je ne ressens presque aucune fatigue, l'entrainement paie ! Au passage de la mi-course, notre meneur d'allure annonce que nous avons 36 secondes d'avance sur l'objectif des 4 heures, c'est parfait !

Seul soucis, mon rythme cardique reste trop haut à mon goût, 86-88%, ce n'est pas bon.

Ravitaillement du 33ème kilomètre : On est dans le dur !

Trente-troisième kilomètre : Comme prévu, les choses se compliquent après le trentième kilomètre... J'évite le "mur" du marathonien mais mes jambes sont de plus en plus raides et douloureuses. J'ai perdu mon meneur d'allure après un ravitaillement et n'arrive plus à le rattraper : La course psychologique commence.

Adeline, Thomas et Clara sont là pour m'encourager, ça aide sur quelques centaines de mètres, puis je dois marcher pour éviter que le mur ne bloque complètement mes jambes. Je flirte ainsi avec l'ennemi au fil des kilomètres, alors que nous entrons enfin dans Sacramento...

Trente-huitième kilomètre : Ma vitesse est désormais extrêmement lente et mes jambes sont sur le point de rendre l'âme... Les souvenirs de San Francisco reviennent, mais c'est beaucoup plus dur cette fois-ci : Il n'y a plus l'euphorie de la première course (je sais que je peux le faire, vu que je l'ai déjà fait !), juste la douleur, et je sais désormais que mon chrono sera moins bon que la première fois, ce qui donne un coup au moral...

Quelques vagues de déprime essaient de m'arrêter, mais il n'y a même plus d'énergie pour faire couler la moindre larme, alors je continue d'avancer. Le seul moyen d'en finir, c'est de passer la ligne d'arrivée !

Le capitole juste après la ligne d'arrivée : Je ne pense plus qu'à ça !

Quarantième kilomètre : Dernier virage avant d'entamer la ligne droite le long des jardins du capitole. Un brin d'euphorie, je baisse la garde et c'est le drâme : Le mur ! Ma jambe droite se paralyse en un instant, suivie de la gauche, et je suis à l'arrêt complet : Plus de carburant !

Le mur sera arrivé dix kilomètres plus loin qu'à San Francisco, mais me voilà à avancer comme une loque sur quelques mètres, le temps que l'énergie revienne... Mes gourdes sont vides, je n'ai plus de gels, le chrono tourne... 

Mais je sens que ça revient, et je peux marcher normalement, puis reprendre la course. La foule est désormais nombreuse de part et d'autre de la route, des musiciens sont là pour nous encourager, et je retrouve une vitesse de course normale.

Derniers mètres : L'émotion est forte en fin de course, car la douleur est intenable mais l'énergie du public qui nous encourage est plus forte, si bien que j'arrive à accélérer. Je tourne la tête sur la gauche et voit le capitole, je sais que la fin est proche, je voudrais pleurer toutes les larmes de mon corps mais la transpiration a déjà tout vidé. 

Je me contente de terribles grimaces, puis on tourne à gauche et là il y a tellement de bruit que tout semble disparaitre, j'accélère encore, tourne à nouveau sur la Capitol Mall et là...

La Délivrance avec un grand D !

J'exulte sur la ligne d'arrivée, non pas par fierté, par joie ou pour célébrer mon chrono, mais juste parce que c'est fini ! La fin de la souffrance méritait bien une célébration...

C'est fini !

Mon chrono indique 4h27 minutes, ce qui n'est pas si mal au vu du scénario de la course... Je sais que je suis parti trop vite et que j'aurais dû viser 4h10 plutôt que 4 heures, mais c'est comme ça !

En tous cas, c'est décidé, je ne ferai plus jamais de marathon. C'est trop dur, c'est trop long... En attendant, je prend la pose avec la magnifique médaille qui nous est remise :

Quelques secondes plus tard, ça va déjà mieux !

Me voilà parti pour 3-4 jours avec un mal de jambes, mais une semaine après, tout est quasiment rentré dans l'ordre, donc c'est déjà presque oublié.

Cette semaine, en sortant avec les petits, on longeait le champ derrière chez nous, et alors que je montrais à Thomas sa future école, on aperçoit tout au loin, à l'horizon, les gratte-ciel du centre de Sacramento...Le premier truc qui me vient à l'esprit : "Wouah, j'ai couru jusque là-bas ! En partant d'encore plus loin qu'ici, en plus !".

Et c'est seulement à ce moment-là que j'ai senti une forme de fierté m'envahir, et l'émotion des derniers mètres revenir. C'était dur, c'était pas toujours beau, mais punaise, je l'ai fait !

mercredi 6 décembre 2017

[Utah] Kodachrome Basin State Park

Juste avant notre passage à Grosvenor Arch, nous avons visité Kodachrome Basin State Park, une petite enclave dans l'immense Grand Staircase Escalante National Monument (que Trump veut réduire de moitié... Je suis furax !)

Couleurs typiques de Kodachrome Basin

C'était notre première visite de cet endroit qui vaut largement le court détour lorsqu'on parcourt la highway 12 : 13 minutes à peine de Cannonville, 20 de Tropic, autant dire rien du tout à l'échelle du Far West !

La route majeure du parc passe entre d'intéressantes formations rocheuses

Le parc est assez petit et propose un bon nombre de courtes randonnées, ce qui est parfait pour notre petite famille. L'une d'entre elles (Angel's Palace Trail) permet de prendre de la hauteur et offre des vues magnifiques sur les environs, tout en permettant de se retrouver assez rapidement seul au monde, ce que j'apprécie toujours dans ces endroits magiques.



Je suis fan de ces paysages !

On peut également sortir des sentiers battus en véhicule pour aller explorer d'autres endroits surprenants, comme cet immense Chimney Rock qui trône au milieu d'une vallée entourée de superbes formations rocheuses :

Ce rocher fait 52 mètres de haut ! Un demi terrain de foot à la verticale !

Kodachrome comporte la plus grande concentration au monde de sand pipes, ces cheminées dont l'origine viendrait de sédiments ayant rempli d'anciennes sources chaudes ou geysers.

Et comme un peu partout dans l'Utah, on trouve aussi des arches :

Shakespeare Arch


Le chemin pour se rendre à cette arche est plutôt sympathique, d'autant plus qu'il offre quelques vues panoramiques sur les environs, comme sur cette photo où l'on voit Bryce Canyon au loin :

Kodachrome au premier plan, Bryce à l'horizon !

Et voilà pour ce beau petit State Park de l'Utah qui peut se visiter un deux-trois heures à peine. Les vues sont grandioses, les roches magnifiques, et c'est sur le chemin de Grosvenor Arch dans Grand Staircase, autant de bonnes raisons d'aller y faire un tour !

Toutes mes photos de Kodachrome Basin sont par ici.