mercredi 19 octobre 2022

Business update n°29 - Octobre 2022

A la fin de chaque trimestre, je vous ai habitués à avoir une "business update" qui consiste à résumer nos diverses activités professionnelles et investissements aux Etats-Unis. Cette année est différente des précédentes car mes ambitions business sont de ralentir au maximum et de laisser nos investissements travailler pour nous un maximum. Aux trois quarts de l'année, comment cela se passe-t-il ?

Google vient de me renouveler sa confiance en tant qu'expert pour trois technologies (Angular / Maps / Web), et cela fait désormais 5 ans que ça dure ! Avec un beau cadre/diplôme pour fêter le tout.

Ce trimestre a été riche en événements, puisque dès notre retour de France en Juillet, je prenais l'avion pour une conférence à Lincoln, Nebraska, où mes interventions ont été assez populaires.

Fin Août, j'étais de retour à Salt Lake City pour une nouvelle "finale de coupe du monde", comme je décrivais ng-conf pour ma première intervention sur scène il y a 4 ans.

Atterrissage à Omaha, Nebraska pour la conférence Nebraska.code()

La conférence ng-conf est la plus grande au monde dans mon domaine, Angular, et il y a environ 1500 participants chaque année qui viennent des quatre coins du globe, ce qui est énorme.

Etre parmi les 50 intervenants sur scène pour parler d'une technologie développée par Google est déjà un achèvement incroyable, alors l'avoir fait durant 3 des 5 dernières conférences l'est encore plus, surtout que je suis passé de 5 minutes sur scène en 2018 à... trois heures cette année !

Ma pomme sur scène devant un millier de personnes...

Mais là où j'ai été le plus bluffé, c'est de réaliser que j'avais un statut de micro-célébrité que j'ignorais complètement jusqu'alors. Bien évidemment, je sais que 3000 personnes sont abonnées à mes articles techniques sur cet autre blog que vous ne lisez probablement pas. Mais avoir quelques dizaines de ces "fans" venir me remercier, faire un selfie, ou me poser plein de questions, c'était complètement nouveau et inattendu !

Si vous vous demandez à quoi ça ressemble d'être sur scène, et bien on est aveuglé en permanence par des spots ultra puissants et on ne peut pratiquement rien voir au delà des 2-3 premiers rangs, sauf sur cette exemple où la salle entière était restée allumée. C'est un peu déconcertant mais on s'y fait !

C'est bien simple, quand je quittais ma chambre d'hôtel pour rejoindre les salles de conférence, je démarrais un chronomètre pour voir combien de temps cela prendrait avant de me faire intercepter par des gens que je ne connaissais pas mais qui eux me reconnaissaient ! 

Et pendant trois jours d'affilée, cela prenait toujours entre 30 secondes et 2 minutes maximum avant d'avoir cette expérience bizarre, de se faire accoster et d'entendre une variation de : "Alain, c'est toi ? Tu ne me connais pas, mais je te suis depuis 4 ou 5 ans, j'ai appris tellement grâce à toi, je voulais juste te remercier !"

Après le coucher de soleil à Salt Lake City, vue sympa depuis ma chambre d'hôtel

C'était dingue et plutôt agréable, il faut l'avouer, de voir l'impact de mon travail sur autant de personnes. Et aussi de redevenir 100% anonyme et normal une fois la conférence terminée, car la conférence fut intense en sollicitations !

Pour terminer sur le sujet, j'ai été introduit sur scène comme "l'un des experts les plus prolifiques au monde en matière de contenus sur Angular", ce que j'avais peine à croire, mais en regardant les chiffres de ces dernières années, j'ai réalisé que ce n’était probablement pas faux... 

Et je ne l'ai même pas fait exprès ! Avec juste un article de blog par mois, et moins d'un cours vidéo par an, je n'aurais jamais utilisé le terme "prolifique" pour qualifier mon travail, mais sur la durée et les années qui passent, c'est vrai que ça fait du volume. 

Vue de l'audience à ng-conf

Au final, persister et durer sont deux qualités qui se perdent de nos jours, et j'imagine que mon endurance fait la différence de ce point de vue-là (et c'est aussi vrai avec ce blog - au moins un article par mois depuis 2014 !). La morale de l'histoire, c'est que le travail paie, et que petit à petit, l'accumulation d'efforts (juste un article par mois - juste un talk par mois) aboutit à quelque chose de beaucoup plus grand que ce que l'on pourrait imaginer.

Mes stats depuis que je suis Google Developer Expert - pratiquement 280 000 personnes ont lu mes articles techniques, et 5 600 m'ont vu sur scène...


L'autre sujet majeur de ce trimestre, c'est mon programme de certifications, qui est lui aussi sur une trajectoire assez incroyable. J'avais expliqué avoir lancé plusieurs produits autour de ces programmes durant le premier trimestre, et ça marche au delà de mes espérances...

C'est bien simple, mois après mois, les ventes battent de nouveaux records :

On peut voir l'effet popularité d'être sur scène à une grande conférence sur le mois de septembre !

Pour vous donner un ordre de grandeur, les revenus du mois de février (le second et le moins bon sur le graphe ci-dessus)  pour ces produits en ligne correspondent à un mois du dernier salaire que j'aie eu en France en 2013/2014. 

En septembre, on est trois fois plus haut, le tout avec un produit qui nécessite 10 à 30 minutes de mon temps chaque jour... C'est donc plutôt exceptionnel ! Et parfaitement en ligne avec mon objectif de travailler moins et de songer à une retraite anticipée...


Voilà donc où nous en sommes aux trois quarts de 2022, une année qui devait être relativement calme au niveau business, mais qui au final aura abouti à de nouveaux résultats inespérés. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à m'en faire part en commentaires, comme toujours.




dimanche 18 septembre 2022

Camping sauvage en Californie à Hope Valley

Depuis la vente de notre chalet dans la Sierra Nevada, aller passer du temps à la montagne est devenu moins fréquent, surtout que Thomas joue au foot pratiquement tous les week-ends, et la combinaison école + foot nous a bien ralentis au niveau exploration. 

Route 89 dans la Sierra Nevada

Nous avons investi dans du matériel de camping l'an dernier, et avons découvert presque par accident la notion de dispersed camping, que je traduirais en "camping sauvage", même si la définition officielle est bien plus intéressante :

"Beaucoup de gens apprécient la solitude et l'expérience primitive du camping loin des terrains aménagés et des autres campeurs. Le camping dispersé est le terme utilisé pour camper n'importe où dans une forêt nationale en dehors d'un terrain de camping désigné. Le camping dispersé signifie aucun service; comme le ramassage des ordures et peu ou pas d'installations". Pas d'eau, pas d'électricité, pas de toilettes !

Alors quoi de mieux que d'aller en pleine montagne pour un week-end de 3 jours début Septembre afin de s'y essayer ?

Hope Valley - notre aire de jeux pour 3 jours !

Trouver des zones où ce camping "dispersé" est autorisé n'est pas toujours simple, car les adeptes de ce type d'expérience veulent garder leurs endroits favoris secrets, histoire de ne pas attirer trop de monde, surtout que c'est gratuit !

Durant un week-end férié, et en arrivant seulement le samedi en milieu d'après-midi, nous n'avons eu aucun mal à trouver notre bonheur à Hope Valley, le long de la route 88, et à proximité du lac Tahoe.

Notre camp de base, sans limites et bien évidemment sans eau, électricité, toilettes, etc. Juste la nature !

Nous voulions une expérience aussi sauvage et authentique que possible, et cela a été globalement le cas. C'est juste dommage que plusieurs familles avaient décidé de passer leur journée entière à faire du quad et de la moto le long de la route qui passait à 30-40 mètres de notre tente. Aller dans la nature pour brûler de l'essence toute la journée, je ne comprends pas...

Pour le reste, ne pas avoir de toilettes fut assez simple à gérer : On creuse un petit trou à l'abri des regards, et le tour est joué ! Et dans notre cas, il y avait des toilettes à 3-4 kilomètres à proximité d'une zone pour pêcheurs, donc c'est une option qui s'est montrée pratique. 

Matin, midi et soir, on passe à la rivière pour une petite toilette.

Ce type de camping a bien évidemment quelques régulations que nous avons suivies à la lettre, notamment en matière de feu, poubelles, localisation du camp. Rien de bien contraignant dans l'ensemble. Le plus dur, c'est de s'habituer à avoir les mains souvent sales, et de devoir attendre une heure ou deux avant de pouvoir les laver.

Et le soir, nous attachions notre sac poubelle dans un arbre pour ne pas que les ours viennent faire un carnage. Nous n'avons pas eu de visite d'ours, mais avons entendu des meutes de coyotes au loin chaque nuit, ce qui était magnifique ! (cliquez ici pour avoir une idée de l'ambiance - ce n'est pas notre enregistrement mais c'était exactement la même intensité !)

Sur une petite île à Silver Lake

Hope Valley se situe à 2300 mètres d'altitude. Tous les sommets "dégarnis" visibles sur nos photos sont font 3200-3300 mètres de haut. Il faisait donc assez bon (26 - 28 degrés la journée, avec de l'air), bien moins chaud qu'à Sacramento où nous étions autour des 40 degrés tous les jours à cette période. La nuit, la température descendait à 10-11 degrés, de quoi apprécier les sacs de couchage !


Red Lake

Notre camp était situé dans une vallée historique. Ce sont des migrants mormons qui y sont passés les premiers en 1848, nommant cet endroit Hope Valley (la vallée de l'espoir), car après avoir fait des milliers de kilomètres à pied et à cheval, traversé montagnes et déserts, ils voyaient cette vallée comme une dernière étape avant de franchir la Sierra Nevada et de pouvoir s'installer an Californie. 

Il est estimé que 30 à 40 000 pionniers sont passés par Hope Valley durant leur migration vers l'Ouest.

Voilà les deux plus heureux ! Thomas s'amusait à chasser des écureuils au lance-pierre. Clara collectionait bâtons et cailloux. C'est sympa la vie sans Internet ni écrans ! Et puis on a le droit d'être couverts de poussière jusqu'à la tête, alors c'est le pied !

Nous allons renouveler cette expérience de camping sauvage/dispersé dans le futur. Tous les territoires publics fédéraux (forêts, déserts, etc.) ont des options de camping dispersé (dont les Alabama Hills, par exemple), la règle étant que si aucun panneau ne l'interdit... alors c'est autorisé.

Et puis, quand on voit que les campings classiques coûtent facilement 26 dollars la nuit, bien souvent pour avoir un sanitaire basique où les douches sont payantes (quand il y en a !), et sont assez bruyants, l'option 100% sauvage n'est pas loin d'être aussi comfortable,  avec le côté aventure en plus !

A la douche !

On a donc adoré cette expérience. Le contact avec la nature, ne pas avoir une tente à moins de 50 mètres de la nôtre, regarder le ciel étoilé sans aucune lumière artificielle pour interférer... C'était super !
N'hésitez pas à nous faire part de vos questions en commentaires. 


dimanche 14 août 2022

Nos plus beaux paysages de Louisiane - 2022

Retour sur notre voyage en Louisiane de début 2022. L'une des raisons pour laquelle nous voyageons beaucoup est le dépaysement que nous rencontrons à chaque nouvelle destination. Parfois, c'est l'architecture, souvent, le paysage, d'autres fois, la culture. En Lousiane, c'était un peu tout ça à la fois !

Fontainebleau State Park sur le lac Pontchartrain

L'un des plus beaux endroits visités en Louisiane fut le parc d'état de Fontainebleau, avec ses plages couvertes de genoux de cyprès (ça ne s'invente pas !) qui permettent aux arbres de rester debout dans les sols marécageux de Louisiane. 

Réflections au Fontainebleau State Park



D'ailleurs, en Louisiane, les arbres et l'eau sont l'attraction majeure en termes de paysages. Reflets, mousses accrochées aux branches, et grand nombre d'oiseaux plus ou moins exotiques (pélicans, cormorans, et j'en passe) permettent quelques jolis clichés :

Tout au bout du Mississippi, dans la paroisse de Plaquemines

Bien évidemment, l'abondance de marécages et la chaleur tropicale invitent la faune qui va avec :

De bonnes dents et un oeil sur nous pour ce petit alligator...

Parfois, l'architecture aide à embellir le paysage, comme sur la route des plantations le long du Mississippi :

Plantation Oak Alley et ses arbres majestueux

Les couchers de soleil peuvent aussi donner un bon coup de pouce, comme ici à Baton Rouge :


L'industrie et la patte humaine sont bien souvent visibles à l'horizon, avec notamment les raffineries pétrolières et de gaz naturel, puisque la Louisiane est l'un des états qui produit le plus de ces énergies polluantes :

Raffineries à la Nouvelle Orléans

Voilà pour ce petit échantillon de paysages de Louisiane ! N'hésitez pas à faire part de vos remarques ou questions en commentaires.