mercredi 20 juin 2018

La cérémonie de graduation de pre-school

La semaine dernière, Thomas a participé à la petite cérémonie de "graduation" de son école, car la pre-school serait bientôt terminée pour lui, il va entrer à la véritable école, le kindergarten.

Ca ne rigole pas !

En Californie, l'école n'est obligatoire qu'à partir de six ans, et à 5 ans il est possible de commencer en kindergarten, l'équivalent de la dernière année de maternelle en France. C'est donc ce que Thomas va découvrir mi-juillet !

Et oui, une rentrée en juillet, original n'est-ce pas ? Je reviendrai là dessus dans un autre article une fois que l'école aura véritablement commencé.

Les "graduates"en rang

Ces deux dernières années, Thomas allait donc en pre-school (pré-école), qui est privée car préalable au système d'éducation publique. Et vu qu'il arrive au bout, son école organisait une cérémonie de remise de diplômes, où les enfants où eu l'occasion de montrer tout ce qu'ils ont appris.

 La cérémonie commence avec le pledge of allegiance, comme chaque journée d'école par ailleurs, où les petits se lèvent face au drapeau et récitent les quelques lignes patriotiques pour faire honneur au drapeau des Etats-Unis.

Honneur au drapeau

Ensuite, plutôt que des longs discours, c'était des chansons autour de l'alphabet, des jours de la semaine, des mois de l'année, que tous les pre-schoolers chantaient avec plus ou moins d'enthousiasme, sous les yeux des plus jeunes pousses de l'école et de tous les parents.

 Ensuite, chacun a été appelé individuellement pour recevoir son diplôme des mains de la principale de l'école, avant bien évidemment de passer à table et de déguster un bon gros gâteau !

Thomas reçoit son diplôme !

Je trouve le principe sympathique, car cela marque une étape importante et permet aussi d'apprendre la notion de récompense après le travail accompli, même si dans le cas de la pre-school, c'est avant tout une garderie améliorée plus qu'une vraie école.



D'ici quelques semaines, c'est donc Clara qui prendra le chemin de la pre-school et Thomas celui du kindergarten, qui se trouve juste derrière chez nous. Son école est flambant neuve et a été inaugurée l'été dernier ! C'est l'avantage de vivre dans une ville tout récente qui fête ses 15 ans cette année, tout se développe encore un peu partout au fur et à mesure du temps.

 Prochaine étape donc : La rentrée en kindergarten !

dimanche 17 juin 2018

La zone 51 et Rachel, Nevada [Traversée USA]

Notre grande traversée des Etats-Unis a été ponctuée d'étapes relativement connues, et notre idée directrice était de profiter de l'occasion pour aller visiter des endroits difficiles d'accès car isolés, loins de tout aéroport.


Toujours tout droit, ou presque !

C'est ainsi que pour la traversée du Nevada, nécessaire pour rejoindre la Californie, nous ne sommes pas allés à Las Vegas, ce que 90% des gens auraient probablement fait à notre place. Nous n'avons pas non plus pris l'Interstate 80 qui allait pourtant tout droit à Sacramento.


Non, au lieu de tout ça, le plan était de passer une nuit à Rachel, Nevada, en plein milieu du désert, dans un endroit des plus étranges, comme vous pouvez en juger par ce curieux panneau d'entrée dans la bourgade :


Population : Humains OUI - Aliens ?

Rachel est le seul espace de civilisation sur une route appelée la Extraterrestrial Highway (l'autoroute des extraterrestres), qui relie "le milieu de nulle part" au "milieu d'un autre nulle part". Il n'y passe que quelques dizaines de véhicules par jour.



D'où vient cette histoire d'extra terrestres, me direz-vous ? Et bien il faut savoir que Rachel est le coin de civilisation le plus proche de la fameuse zone 51, une base secrète de l'armée américaine dont l'existence n'a été officiellement reconnue qu'en 2013.


Et qui dit base secrète de l'armée dit tests d'avions furtifs, missiles et autre drônes, de quoi voir pas mal de choses suprenantes dans le ciel… Et donc attirer les fans de soucoupes volantes !

Les enfants n'ont même pas eu peur du moindre extra-terrestre !

A Rachel, il y a une cinquantaine d'habitants, pas de boutique, pas de station essence, juste quelques dizaines de mobile homes qui cuisent sous la chaleur du désert. Il faut parcourir 160 kms aller-retour pour faire ses courses ou un plein d'essence, la vie n'y est donc pas simple.


La dépanneuse à soucoupe volante marche bien à Rachel

Le seul vrai business local est un motel, le Little Ale Inn, où la déco, les souvenirs, et même le menu du restaurant sont tous en rapport avec la zone 51 et les extra-terrestres. Car pour les véritables puristes, la zone 51 est gardée secrète du fait qu'on y ferait des expériences sur les extra-terrestres capturés dans le coin !


C'est donc là que nous passons la nuit.


Les gérants du motel posent pour nous

A l 'hotel, on trouve des cartes qui montrent comment approcher de la zone 51… Et là, forcément, je suis intéressé ! Car le truc avec une base secrète, c'est qu'il ne peut pas y avoir de panneau pour l'indiquer. Et si on ne peut pas en indiquer la direction, on ne peut pas non plus vraiment interdire les gens d'en approcher, car elle n'est pas supposer exister...


En route pour la zone 51 !

Nous avons donc pris la piste de Back Gate Road sur plus de 15 kilomètres en nous demandant bien sur quoi on allait finir par tomber. De temps à autre, comme un mirage, on croyait apercevoir de mystérieuses structures blanches, et c'était d'autant plus surprenant que la route paraissait relativement plate.


Bizarrement, la piste devient goudronnée sur deux - trois kilomètres après les 15 premiers de sable / gravier, et quelques instants plus tard, au détour d'un virage, this is it, nous faisons face à des bâtiments militaires de la zone 51  :

La base secrète se montre enfin... J'ai lu que ces bâtiments accompagneraient une tour radar et du matériel russe pour tester la furtivité des avions US


A ce moment là, la situation est excitante et flippante à la fois : Toujours aucun panneau d'interdiction, et la route qui file tout droit vers un point de contrôle équipé de dizaines de caméras… On avance encore un peu, mais décidons de ne pas jouer avec le feu et de faire demi-tour pour rentrer à l'hôtel. On a trouvé la zone 51 !


Je vais alors courir, pour profiter du coucher de soleil et capturer quelques photos de Rachel :


Vieille carcasse de voiture et logements typiques de Rachel, NV

Pendant que je cours, je commence à entendre des appareils dans le ciel, clairement à basse altitude et avec l'impression qu'ils sont un peu partout autour de moi. Je n'en verrai aucun, et ces supposés tests dureront pendant presque deux heures, sans que je ne puisse voir le moindre appareil : Juste un panache blanc laissé dans le ciel comme le font les avions de ligne, mais sans voir l'engin qui a laissé cette trace : Un missile ou un drone peut-être ?


En tous cas, il zigzaguait pas mal, donc ce n'était clairement pas un vol banal ou un avion de ligne.


Le soleil se couche sur le désert

Evidemment, on comprend vite comment les gens peuvent voir des OVNIs dans le coin. J'apprends sur internet, multiples selfies à l'appui, qu'il n'y a aucun problème à approcher jusqu'à la grille de la zone 51, où 1500 personnes travailleraient, emmenées en avion depuis Las Vegas tous les jours.


Plus on creuse le sujet, plus on trouve des choses fascinantes : Les gardes de la base roulent dans des pick-ups blancs, sans camouflages militaires. Il existe aussi un bus tout blanc qui emmène les travailleurs locaux dans la base tôt le matin, utilisant la piste que nous avons empruntée.

Tout ceci comme pour renier le côté militaire / secret de l'endroit, qui apparait pourtant clairement sur Google Maps, non flouté mais bien dissimulé dans une vallée entre trois montagnes :


Vue sur Google Maps de la zone 51

Du coup, on remet ça le lendemain matin pour approcher un peu plus. On prend à nouveau la piste où le panache de sable soulevé annonce clairement notre arrivée (peut-être la raison pour laquelle ce n'est goudronné que vers la toute fin ?)  


Je fais demi-tour une quarantaine de mètres avant la grille pour indiquer mon absence d'intention de pénétrer dans la base, et descend faire quelques photos à pied, avec plus d'assurance que la veille.


Difficile de faire plus proche ! Les panneaux indiquent que drônes et photos de la zone sont interdites... Oups, trop tard !

Je ne vois aucun garde, aucun véhicule, les vitres des bâtiments étant faites pour que l'on ne voit pas dedans. L'endroit est tellement isolé qu'un seul garde y resterait en semaine, aucun le week-end où caméras et détecteurs de bruit prennent le relais - il faut ajouter que le coeur du complexe est 54 kilomètres plus loin, invisible depuis l'extérieur de la base, dont nous touchons seulement la bordure :



Les panneaux disent simplement qu'il est interdit de passer cette grille, ceci est un complexe militaire (non nommé, cela va de soi), et ce serait un an de prison et 5000$ d'amende en cas d'infraction. Les caméras ne me suivent pas lorsque j'approche un peu, et je suis déçu car j'avais lu sur internet que certains avaient été suivis… Probablement lorsque le garde est absent.


Nous rebroussons ensuite chemin sans encombre, prenons quelques photos d'une mine abandonnée à Rachel, et continuons jusqu'au bout de l'ET Highway…


Pronghorn (antilope) à l'ombre au bord de la route

A ce moment là, on ne savait pas que la journée terminerait aux urgences, comme vous le savez déjà. Mais nous avons touché à un autre "monument historique" des Etats-Unis, dans un des coins les plus isolés du pays, et bien contents de l'avoir faits, car c'était une véritable aventure !

Mes sources d'infos :
dreamlandresort.com (un autre petit nom de la zone 51)
http://www.rachel-nevada.com