dimanche 1 décembre 2019

Chalet, seconde haute saison terminée : Update n°4

Comme vous le savez certainement déjà, en 2018 nous avons acheté un chalet proche de Yosemite et le louons via AirBnb. Je fais un petit bilan sur le blog de temps à autre (voici le lien vers le précédent bilan numéro 3), dont voici la quatrième itération.

De beaux panneaux solaires flambants neufs !

Nous venons de terminer notre seconde haute saison au chalet, et les locations ont battu leur plein d'Avril à Octobre. En Novembre et Décembre, les locations continuent mais seulement les week-ends.

La grande nouveauté, c'est l'installation des panneaux solaires et de la batterie Powerwall qui va avec. Cela nous permet de générer de l'électricité la journée et de stocker le surplus dans la batterie pour les loueurs le soir. On peut suivre le tout à distance dans l'app Tesla, ce qui est formidable :

En jaune, la production solaire. En vert, l'utilisation de la batterie (négatif = charge). Sur cet exemple on voit que la batterie a pu couvrir les besoins en électricité jusqu'à 4 heures du matin, où la grille électrique (en gris) a pris le relais jusqu'à l'apparition du soleil

Cette installation a demandé un certain investissement mais nous a déjà sauvé 4 nuits de réservations, la faute à notre compagnie électrique PG&E qui a coupé le courant lorsque le risque d'incendie était élevé.

Et oui, en Californie en 2019 PG&E a une installation digne des années 70-80 en France et n'enterre pas ses lignes. Du coup, par grand vent, il suffit d'une branche qui tombe sur une ligne électrique pour déclencher une étincelle et tout brûler pendant des jours voire des semaines.

Notre Powerwall Tesla derrière le chalet

Le courant a donc été coupé pendant au moins 5 jours au chalet, et heureusement notre système solaire + batterie a pris le relais et assuré le coup. Et je pouvais suivre le tout à distance :

En mode "backup", vue sur l'app Tesla lorsque la grille électrique est coupée. On voit le solaire charger la batterie et alimenter la maison en même temps

Cette année, il n'y a eu qu'un seul feu d'envergure dans la région (à 60 kms du chalet) et cela ne nous a pas impacté. En espérant que cela soit le même chose en 2020 !

Non, ce n'est pas un nuage ou un champignon atomique, mais le feu de Briceburg qui a duré 55 jours et brûlé pratiquement 23 kilomètres carrés de forêt.

Financièrement, cette année aura mieux marché que la précédente, déjà bonne. On devrait approcher des 40 000 dollars de revenus, soit 3300 par mois en moyenne.

Ceci dit, c'est loin d'être de tout repos. Les gens cassent des trucs, il y a des fuites, des réparations à faire... Si vous voulez des revenus passifs, AirBnb n'est clairement pas la solution. Nous allons au chalet environ une fois par mois et il y a toujours besoin de faire venir des professionnels pour faire quelque chose !

Promenade matinale à Yosemite (Inspiration Point - au dessus de Tunnel View pour les connaisseurs !)

Heureusement, la grande majorité des loueurs sont reconnaissants et laissent un feedback super positif :


Un exemple de feedback récent (en VO puis en français):

"Four bears chalet is not just a place to stay, it’s an experience. The house has everything we need for a comfortable stay, Adeline made sure we were comfortable and enjoyed our stay. The surroundings are pretty beautiful and wooded and we had deer guests in the morning greeting us as we woke up, it was nice to see a bunch of deers grazing in the backyard. Overall very refreshing experience staying at the cabin and we would recommend this to anyone."

"Le chalet des 4 ours n'est pas juste un endroit où passer la nuit, c'est une expérience. La maison était remplie de tout ce dont nous avions besoin pour un séjour confortable, et Adeline s'est assurée que tout se passait bien pour nous afin que l'on apprécie notre séjour. Les environs sont très jolis et boisés, nous avions des cerfs qui s'invitaient tous les matins à notre réveil. C'était vraiment beau d'avoir des cerfs en train de manger, juste là, dans notre jardin. Dans l'ensemble, c'était une expérience très rafraîchissante que nous recommandons à tous."

Voilà donc pour cette petite mise à jour. Nous sommes toujours aussi contents de notre investissement dans un petit coin de paradis qui ne laisse personne indifférent ! En espérant qu'en 2020, cela se passe aussi bien et avec moins de réparations et de travail pour nous !

dimanche 24 novembre 2019

Sydney, Australie (1ère partie)

Au mois d'octobre, je suis allé à Sydney pour la conférence NDC Sydney. Vu que mon intervention sur scène consistait en une petite heure le vendredi, et que les organisateurs me payaient avion et hôtel pour une semaine, j'avais plusieurs journées complètes pour explorer la ville.

Vue de ma chambre d'hôtel le soir. La mairie de Sydney est le bâtiment éclairé en rose/violet.


J'ai commencé par prendre de l'altitude et visiter le Sydney Tower Eye, la plus grande tour de la ville. La vue à 360 degrés y est sympa et permet de réaliser à quelle point la ville est étendue et verte :

La tour Sydney Tower Eye à gauche

Vue sur l'est, Hyde Park aux pieds de la tour et l'océan Pacifique au loin

Le lendemain, j'ai utilisé le Big Bus Tour pour visiter toute la ville. Premier arrêt le matin, Bondi Beach, la plage mondialement connue pour ses vagues et paradis des surfeurs :

Les surfeurs en action à Bondi Beach. Le paysage n'est pas très différent de la Californie du Sud.

Si il y a une chose qui m'a tout de suite frappé à Sydney, c'est la faune et la flore. On entend et voit des oiseaux qui n'existent qu'en Australie, et c'est vraiment dépaysant. J'ai vu des perroquets sauvages, des ibis, et plein d'autres que je ne saurais nommer :

Un ibis au bord d'une fontaine. Probablement l'oiseau vu le plus fréquemment et bien reconnaissable avec son long bec noir.

Quand tu es à la même distance de l'Europe que de New York, et presque tout aussi loin de l'Afrique du Sud, c'est que tu es en Australie ! Même les "voisins" asiatiques sont très loins.

La ville est surprenamment verte. Nombreuses sont les maisons au bord de l'eau entourées d'arbres. Difficile d'imaginer que cette photo a été prise dans une ville de 5,2 millions d'habitants, soit 2 fois et demi Paris :

Exemples de maisons typiques au bord de l'eau à Sydney - submergées dans la verdure

Bien évidemment, le centre ville reste ultra moderne et pour le moins coloré la nuit, en particulier autour de Darling Harbour :

Darling Harbour la nuit

Je dois avoué avoir été impressionné par Sydney. Tout a l'air flambant neuf ou remarquablement bien conservé, les transports publics sont rapides et modernes, et j'ai beau avoir passé ma semaine à chercher des points négatifs (il y a toujours un Français qui sommeille en moi), je n'en ai pas trouvé.
Même le coût de l'immobilier semble abordable par rapport à la Californie - particulièrement si on convertit en dollars US.

Bâtiments coloniaux historiques dans le centre de Sydney

Le temps était agréable (octobre marque la mi-printemps dans l'hémisphère sud), entre 20 et 28 degrés la plupart du temps, avec une brise rafraîchissante de temps à autre. Celle-ci se ressent particulièrement quand on approche du bâtiment iconique de Sydney, l'opéra et son architecture unique au monde :

L'immense opéra de Sydney et son architecture "coquillage". La toiture est en fait... Du carrelage blanc provenant des pays nordiques européens !

Une fois à l'opéra, la vue le Harbour Bridge est tout proche et en impose lui aussi :

Harbour Bridge

Voilà donc pour ce premier épisode en Australie. Il y en aura un ou deux autres à suivre, car je suis loin d'avoir tout montré !