jeudi 23 juin 2016

Séquoïa National Park

Après notre visite de Kings Canyon fin mai, nous avons enchainé avec le parc national voisin de Séquoïa. Bien évidemment, tout est dans le nom, donc comme vous vous en doutez, nous y avons vu de très gros arbres :

Le musée de la Giant Forest... Et un beau spécimen de séquoïa juste devant !

Les séquoïas sont surtout impressionnants par leur volume, avec des troncs absolument énormes. La photo avec le musée ci-dessus le traduit d'ailleurs très bien. D'ailleurs, quand un séquoïa tombe sur la route, il est plus facile de creuser un tunnel dedans que de le déplacer :

Le seul tunnel routier de tout le parc. Peu de véhicules y passent car il n'est pas très haut.

Au musée, on trouve ces comparaisons  de taille assez intéressantes. Nous avons repéré plusieurs forêts de séquoïas perchées en sommet de montagnes, et le soir avec la luminosité qui baisse, leur silhouette de loin ressemblait à des gratte-ciel posés sur la montagne, ce qui était unique en son genre :

Le séquoïa est donc comparable à la statue de la liberté ou une fusée avec navette spatiale. Le Titanic fait petit à côté... Quand au Redwood Californien, il est plus fin mais plus grand.

Côté paysages, le parc est assez joli avec beaucoup de clairières où des meadows bien verts apportent un joli contraste de couleurs :

Paysage typique de Séquoïa National Park

Les meadows sont souvent l'occasion de voir des animaux sauvages. Après des cerfs à Kings Canyon, nous avons eu droit à notre ours habituel le dernier jour, ce qui nous permet de continuer à dire "nous avons vu au moins un ours à chaque visite de parc national dans la Sierra Nevada" !

Et ce n'était pas un petit exemplaire !

Nous avons aussi vu le Général Sherman, qui est le plus gros arbre au monde. Même si il ne fait "que" 84 mètres de haut, une de ses branches tombée en 1978 faisait 43 mètres de long pour 1,80 m de diamètre, soit à elle seule plus grosse que n'importe quel autre arbre que l'on puisse trouver aux USA à l'est de la Sierra Nevada !

Il faut dire que la Californie est le seul endroit au monde où poussent des séquoïas géants de manière naturelle, car il faut des conditions de température et d'altitude optimales, ainsi que des feux de forêt qui permettent aux séquoïas de se reproduire. Le processus prend des milliers d'années :

Le General Sherman a plus de 2300 ans...

Les cicatrices laissées par les feux de forêt sont très fréquentes. Les séquoïas ont en besoin car cela fait de la place au sol et la chaleur du feu libère les cônes qui pourront donner naissance à de futurs séquoïa sur une terre fertile. 

Du coup, l'homme laisse les feux de forêt se développer dans les parcs nationaux afin de préserver les séquoïas, après avoir fait l'erreur de vouloir supprimer les feux pendant une vingtaine d'années, et le constat qu'aucune nouvelle pousse n'apparaissait.

Cicatrices laissées par les feux de forêt

A certains endroits, la route du parc se divise pour accommoder les séquoïas

En dehors des séquoïas, qui sont facilement visibles depuis la route ou atteignables par de courtes randonnées, l'une des attractions du parc est Moro Rock, un dôme de granite qui ressemble un peu au half-dome de Yosemite :

Moro Rock

Une petite ascension permet de monter à son sommet, grâce à un chemin creusé dans la roche, ce que nous avons donc fait tous les quatres :

Prêts pour attaquer Moro Rock !

Vue panoramique au sommet (2050 m) - en face parmi les sommets enneigés, il y a le mont Whitney (4421 m), le plus haut sommet des US contigus, et donc de la Sierra Nevada

Et voilà pour Séquoïa National Park ! Un parc comme nous les aimons, avec de beaux paysages, le contact avec la nature, les animaux sauvages... C'était vraiment sympa.

J'ai pris soin de commenter quelques une des mes 51 photos car je n'ai pas pu tout faire tenir dans cet article - c'est un grand parc - donc le diaporama ci-dessous est un parfait complément :

lundi 20 juin 2016

5 trucs jamais faits avant de vivre aux USA

Pour ce 20 du mois en Amérique, Isabelle du blog FromSide2Side et Laetitia de French Fries and Apple Pie nous proposent de décrire des choses que l'on n'avait jamais faites avant de venir aux États-Unis. La liste étant très longue, j'ai décidé de me concentrer sur les 5 points les plus significatifs.

1. Prendre l'avion

Vol au dessus du Grand Canyon en 2008

Notre premier vol fut un mémorable Paris - Philadelphie en 2007, et nous avons pris l'avion... 55 fois en tout depuis ce jour ! Dire que venir aux USA a complètement changé notre vie est donc le moins que l'on puisse dire.

Le pays est immense est l'avion est indispensable pour s'y déplacer. Voici une carte de nos différnets vols internes à ce jour :

Pour vous donner une idée, passer de l'Ouest à l'Est du pays, c'est six heures de vol et trois heures de décalage horaire


2. Faire un road-trip


Pour voir du pays, si prendre l'avion est obligatoire, il est aussi absolument nécessaire de conduire énormément. En France, nos vacances se résumaient à : Aller à un point A, y passer 7 jours et rentrer à la maison. Ici tout est tellement grand que le road-trip est la meilleure (seule ?) option, en parcourant des milliers de kilomètres répartis sur plusieurs jours. 

Du coup, on ne passe jamais plus de deux nuits au même endroit, et vu que l'itinéraire se déroule souvent bien loin de la maison, cela se fait en voiture de location, dont le prix est dérisoire par rapport à l'Europe... Donc on loue souvent, ce que l'on n'avait jamais fait non plus avant de venir aux USA !

3. Conduire une voiture à boite automatique

Ma voiture... n'est pas automatique, ce serait un sacrilège !

La norme Américaine est la boite automatique, donc toutes les voitures de location sont automatiques, et trouver une boite manuelle à l'achat est souvent compliqué. L'avantage est qu'il y a moins de concurrence une fosi le bon véhicule trouvé. D'ailleurs, nombre d'Américains ne savent pas conduire une boite manuelle : J'ai déjà vu un mécano paniquer et appeler un collègue pour déplacer ma voiture au garage.

A la maison, nous avons donc les deux : La Mustang est manuelle et notre monospace est automatique. J'avoue que l'automatique est reposant sur les longues distances, mais je n'échangerais ma boite de vitesse contre rien au monde !

4. Faire les courses à plus de 22 heures un samedi ou dimanche

Walmart ouvre de 6 heures du matin à minuit tous les jours, et le graphe ci-dessus montre qu'il y a autant de monde à 10 heures du soir qu'à 8 heures du matin !

La vie aux USA est faite pour être aussi peu contraignante que possible, et on peut faire ses courses n'importe quel jour à n'importe quelle heure. Certains magasins ferment la nuit, les fast-foods sont bien souvent ouverts 24 heures sur 24 avec juste le drive ouvert entre 22 h et 5h du matin par exemple.

On prend le pli facilement et on ne pose plus la question de savoir si on va trouver le magasin ouvert ou fermé : Tout est ouvert presque tout le temps ! Elle est loin la vie en France où il fallait tout caser (courses, docteur, etc.) entre 18 heures et 19 heures parce que tout est ouvert lorsque tout le monde travaille, et ferme lorsqu'on ne travaille plus, allez comprendre...

5. Nous retrouver à quelques mètres d'animaux (très) sauvages

Qui veut toucher un alligator ?

Aux USA, il n'est pas rare de se trouver nez à nez avec des animaux sauvages, et il n'y a pas toujours besoin d'être loin de la civilisation pour les voir. Par exemple, l'alligator ci-dessus est au bord de la route, si bien que de loin on pensait que c'était un pare-choc ou un pneu crevé qui trainait sur la route (ce qui est très fréquent aux US), sauf qu'en Floride, et bien non, voir des gros crocos en bord de route arrive très souvent !

Une petite liste non-exhaustive des animaux ainsi approchés, volontairement ou non, à moins d'une vingtaine de mètres :

  • Alligator
  • Bison
  • Coyote
  • Serpent
  • Grosse araignée
  • Ours
  • Cerf
  • Elan
Bison qui passe juste à côté de nous à Yellowstone...


Je me souviendrai toujours des meutes de loups la nuit à Yellowstone, même si ce n'était qu'une expérience "sonore", c'était tout simplement inoubliable, et c'est ce genre d'expérience qui fait que nous avons choisi de vivre dans ce pays ! D'ailleurs, nous retournons à Yellowstone cet été pour un grand road-trip entre Montana et Wyoming.


Voilà pour ce défi blog du mois ! J'espère que ça vous a plu et essaierai de participer encore le mois prochain.