mercredi 18 février 2015

L'eau en Californie, un vaste débat

Cet article participe au défi blog « The 20th in America » initié par Laetitia de French Fries and Apple Pie et Isabelle du blog FromSide2Side. C'est ma première contribution car le sujet du mois est récurrent en Californie depuis notre arrivée : L'eau !

Il ne se passe pas un jour en Californie sans que l'on n'entende parler de la sécheresse qui y sévirait depuis 2011. Pourtant, pas plus tard que ce soir, je suis rentré de ma séance de course à pied les pieds dans l'eau car nos voisins, comme bien d'autres Californiens, avaient leur arrosage automatique en marche. Et nous sommes en février, alors que les pelouses sont bien vertes et que la brume du matin apporte suffisament d'humidité pour les conserver ainsi...

Le lac Tahoe après trois années de sécheresse...

Que se passe-til donc vraiment en Californie ? Le lac Tahoe ne semble pas souffrir du tout, la Sierra Nevada est bien enneigée et les rivières abreuvent Sacramento sans interruption même par 45° C cet été. Pourtant, je suis tombé sur un article du Figaro qui montrait des images catastrophiques de lacs vides :

Le lac Shasta quasiment à sec

Bien évidemment, la presse s'abstient de montrer le lac Tahoe et d'autres lacs naturels qui ont des niveaux quasi normaux. On nous montre les lacs artificiels dont le niveau est régulé par des barrages, et donc par l'activité humaine, pour nous dire que la situation est grave.

Il n'y a plus d'éthique dans la presse moderne où tout est fait pour créer du buzz par l'usage de superlatifs et de termes qui ont perdu tout leur sens. Pour ne pas trop m'écarter du sujet, voici juste un dernier exemple de traitement objectif de l'information :

Le Figaro, 9 septembre : Des inondations ont ravagé la Californie. Même journal, 9 jours plus tard : Les incendies font rage en Californie en raison d'une sécheresse extrême depuis des mois...
Vous vous foutez pas un peu de notre gueule là ?

Merci à Google (made in California) qui permet de nous moquer des fabriquants de buzz et d'avoir accès à la véritable information. Car la vérité sur la situation de l'eau en Californie se résume par les 5 chiffres suivants :
80% de la consommation d'eau en Californie sert à l'agriculture locale qui produit 25% de l'alimentation US. Ceci ne produit que 1% des revenus économiques de l'état dont les ressources en eau pourraient subvenir à 318 millions de personnes sans l'agriculture intensive !

A consommation d'eau identique, 2500 emplois dans le domaine du batiment pour un seul emploi dans une ferme. La vérité est donc simple : Le climat idéal de la Californie et son eau abondante sont gaspillés par l'agriculture intensive qui pompe toutes les ressources de l'état.

Autour de Sacramento, nous avons par exemple des rizières, dont le taux d'évaporation de l'eau est de 75 % ! C'est sûr que le riz doit se sentir bien dans son climat tropical artificiel recréé par 45° en août.

Cet article regorge d'autres infographies très intéressantes sur le sujet.

Le Golden Gate peut dormir tranquille : L'eau recouvre toujours 70% de la surface de la planète. Il n'est pas près d'avoir les pieds au sec.

Du coup, je n'en veux presque plus à mes voisins depuis que je sais que 20% de la consommation domestique (20% des 20% non utilisés par l'agiculture, soit à peine 4% de la consommation globale), part dans l'arrosage des parcs et jardins. Ca reste beaucoup, mais c'est une goutte d'eau comparée au reste. Et ce serait soutenable sans les excès de consommation dans l'agriculture.

Nos autoroutes affichent ces messages depuis des mois. "Sécheresse intense - Aidez à préserver l'eau"

Au final, la solution ne semble pas résider dans le fait de prendre moins de douches ou de ne pas tirer la chasse d'eau à chaque utilisation, mais peut être à manger moins de riz, de fruits et de légumes... 

Dans tous les cas, qu'il y ait une sécheresse ou pas, la nature californienne est plus verte que jamais, avec des fleurs dans les champs et des airs de printemps un peu partout. Preuve que la nature, contrairement à notre civilisation "évoluée", ne consomme que ce dont elle a besoin, et sait parfaitement s'adapter pour (nous) survivre.

14 commentaires:

  1. La sécheresse n'empêche pas une inondation soudaine. Au contraire, les sols asséchés ne peuvent pas assimiler l'eau immédiatement qui ruisselle et forme des ruisseaux temporaries.
    Ensuite je ne suis pas vraiment d'accord avec le principe de ne rien améliorer si on est pas le pire. Pourquoi ne pas moins polluer parce-que la Chine fait pire?
    Tout à fait d'accord en revanche sur la surproduction. Je crois que le problème ce n'est pas de produire des fruits ou des légumes, ce n'est pas ça qui consomme de l'eau (désolé tu vas pouvoir continuer d'en manger ;) ) mais la production de céréales pour nourrir les animaux. Le mais par exemple nécessite énormément d'eau. Pareil en france: ça me révulse qu'en plein été amis qu'on est sommé de faire attention, les champs de maïs sont arrosés à coup de mètres cube d'eau potable!
    Vue la consommation de viande des USA ça pourrait être ça (je n'ai pas regardé où était produit quoi)
    Bref le gaspillage se fait à tout niveau. C'est à chacun d'agir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes mais je n'ai pas vu "d'etat ravagé". C'est la sensation à tout va que je dénonce, rien d'autre. Et je peux t'assurer que l'on a probablement la plus basse conso en eau du quartier.

      Supprimer
  2. Personnellement, je suis plutôt d'accord avec le commentaire de Niko. Mais on n'en aurait pas fini de débattre sur la question du gaspillage, de la pollution et de la surconsommation dans les pays dit riches ou en passe de le devenir. Dans tous les domaines c'est toujours les mêmes qui se priveront (ou qu'on privera) pour tous les autres qui profiteront face au laxisme et au manque de bons exemples venant d'en haut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur. Notre société fonctionne à l'envers malheureusement.
      Tout le monde doit faire des efforts mais faire porter le chapeau à ceux qui consomment 20% de l'eau pendant que 80% sont gaspillés en toute impunité, c'est peut-être l'information que devrait faire passer une presse qui voudrait faire avancer les choses plutôt que de fabriquer du sensationnel.

      Supprimer
  3. J'ai de plus en plus l'impression (en Europe aussi d'ailleurs) que le seul but de la presse (écrite et télévisée) est de faire du sensationnalisme, de monter les gens les uns contre les autres avec des titres "piquants", ... Alors que le rôle 1er de la presse est de nous informer de manière objective. Mais la presse a le même but que toute entreprise privée, à savoir gagner de l'argent !

    Comment en vouloir à ton voisin qui arrose sa pelouse alors que 80% de l'eau de l'état est consommée par l'agriculture ?
    J'ai aussi entendu parler d'une loi (que le gouvernement californien voulait supprimer) datant de l'époque de la conquête de l'ouest qui donnait à certaines personnes le droit de consommer de l'eau gratuitement. En as-tu entendu parler ? Ou est-ce moi qui a déconné ?

    Ça n'a aucun sens de faire pousser du riz dans des rizières alors que la terre et le climat ne s'y prête pas du tout. De même, ça n'a aucun sens de faire pousser du maïs, du soja, des céréales que les vaches mangeront alors qu'il y a de l'herbe en abondance (la vache est herbivore).

    J'ai bien aimé le titre de l'article avec les infographies :
    "Un climat du 21ème siècle, des infrastructures du 20ème siècle et des lois du 19ème siècle".
    S'il y a une soit-disant sécheresse, pourquoi le lac Tahoé est-il rempli ? Pourquoi y a t'il des fleurs dans les champs ? ...

    Merci pour ton excellent article qui remet un peu les choses à leur place !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas entendu parler de cette loi mais c'est possible. Le vrai problème, c'est que si il y avait un manque d'eau, on ne devrait pas en avoir tous les jours au robinet. Il devrait être interdit d'arroser son jardin apres 3 ans de secheresse. Le jour où Tahoe baissera, je serai inquiet, c'est certain.

      Supprimer
    2. Une ancienne collègue passionnée par le droit de l'eau et l'accès à l'eau m'en avait parlé. Elle partait justement faire des études à ce sujet en Californie. Ça remonte à l'époque de la ruée vers l'or (1848-49), tu pouvais prendre possession d'un terrain et de tout ce qu'il contenait (rivières comprises) en plantant un poteau et en écrivant ton nom sur une pancarte (d'où l'expression "to stake one's claim"). Des lois ont été promulguées en 1914 pour réguler tout ça mais ceux qui possédaient des points d'eau avant cette date conservaient leurs droits (à une consommation d'eau gratuite et illimitée).

      Supprimer
  4. super article .. et de voir Tahoe comme cela et shasta.. ça me fend le coeur ... (j'y ai passé tellement de temps.. ( en tout cas, je ne m'attendais pas à une telle interprétation du thème l'eau et c'est très bien vu .. merci .. Isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Isabelle,

      Toujours "awesome" de voir les différents bloggeurs (bloggeuses) interagir entre eux ;)
      Même si je n'ai jamais mis les pieds aux différents endroits mentionnés, ça me fait qqch de voir le lac Shasta à sec.

      Mais en voyant des lacs naturels comme le lac Tahoe, d'autres lacs naturels, des paysages extraordinaires (via la série documentaire "la côte Ouest de l'amérique") et des personnes qui œuvrent à la préservation de ses trésors, j'ai l'espoir que l'on saura préserver ce joyaux.

      Supprimer
  5. C'est un sujet qui m'intéresse beaucoup ! C'est bien abordé ! Il faudra voir dans la décennie qui vient ce qui va se passer en Californie à ce sujet car c'est une bombe à retardement... surtout quand on voit qu'il y a des tensions entre la Californie du Nord et la Californie du Sud là-dessus, mais aussi avec les états voisins comme le Colorado à qui la Californie rachète de l'eau pour subvenir à ces gros besoins.

    Pour rebondir sur le débat des pelouses vertes, c'est clair que de ne parler que de ça, c'est voir les choses par le petit bout de la lorgnette. En revanche, je pense que ça souligne bien la question du changement de vision, non ? Tant que les Américains continueront de se dire que c'est normal de faire pousser de la verdure en plein désert, y aura comme un souci... Quand on voit la Central Valley, c'est hallucinant !

    On avait fait un petit billet sur notre blog sur la sécheresse, il y a un an, si jamais cela t'intéresse ;) http://www.pendantcetemps.net/2014/01/les-grandes-questions-meteo-du-moment.html Dans les solutions envisagées, y a le dessalement d'eau de mer, mais là encore, ça pose débat car il faut beaucoup d'énergie pour dessaler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Déssaler l'eau de mer, on y viendra forcement. Il faut aussi beaucoup d'énergie pour tout faire fabriquer et livrer depuis la Chine, et ca n'a pas l'air d'être un problème... Question de motivation financière j'imagine.

      Supprimer
    2. Si les sources d'énergie sont renouvelables, peut-être... ^_^

      Supprimer
  6. Merci pour cette article ! J'avais le meme chiffre en tete sur les 80% de consommation par l'agriculture. Soyons optimiste : vu la crise de l'eau, les agriculteurs saurons evoluer ! Deja, sur l'autoroute Los Angeles - San Francisco, il y a plein de panneau qui somme les politiques de trouver une solution.

    RépondreSupprimer