vendredi 7 août 2015

Marathon de San Francisco 2015

En 2014, je postais un article intitulé "Le marathon de San Francisco"  pour décrire notre premier voyage en Californie afin de poser les bases de notre installation. Quelques mois plus tard, avec notre visa en poche, je courais le semi-marathon de San Francisco avec un chrono qui reste mon meilleur sur cette distance à ce jour. Cette année, il était donc temps de courir mon premier vrai marathon complet !

Avec mon frère Fred sur le Golden Gate Bridge. Tout va bien, nous avons encore toutes nos provisions à la ceinture ou presque !

Un marathon commence bien avant le jour de la course. Pour ma part, c'était six mois d'entrainement dont les trois derniers avec 4 séances d'entrainement par semaine (dont quatre séances de plus de 20 kilomètres de long, soit deux heures de sortie minimum...). Ces mois ont été longs et fatigants au point qu'avant même de débuter la course, je disais que ce serait mon premier et dernier marathon. Ai-je changé d'avis depuis ? Nous allons bientôt le savoir...

Récupération des dossards la veille à Fort Mason et pose avec Thomas devant le parcours de la course

Le marathon démarre très tôt (5h30 du matin) et notre objectif de chrono (4h15) nous placait dans la cinquième vague de départs, à 6h du matin. Et oui, on ne lance pas 25 000 coureurs d'un coup comme ça ! La famille nous dépose à 500 mètres de la ligne de départ avant de partir plus loin pour nous encourager tout au long de la course. Nous arrivons dans notre zone de départ peu de temps avant la fermeture des grilles, puis c'est parti !

Une petite grimace sur le Golden Gate... Peut-être parce que le type devant nous semble avoir le bras gauche dysloqué ?

Dix premiers kilomètres : Le marathon étant une course très longue (42,195 kilomètres), il se court plus lentement que ce dont on a l'habitude. Les premiers kilomètres sont donc agréables et faciles, si ce n'est qu'il faut se faufiler dans la foule de coureurs, certains marchant dès le deuxième kilomètre ! Nous passons le plus clair du temps à doubler beaucoup de monde, tous ceux qui étaient visiblement beaucoup trop optimistes et s'étaient inscrits dans une vague de départ finalement trop rapide pour eux.

Dans la montée du Présidio, frais comme des gardons ! 

Dix septième kilomètre : La montée du Présidio, tellement difficile l'an dernier, s'avale facilement. Voir tout le monde autour de nous marcher ou souffrir nous booste le moral (sadiques !) car on se sent d'autant plus en forme. L'entrainement semble avoir payé ! Nous passons devant Adeline, Thomas, mon frère Alex et mes parents pour la seconde fois dans cette montée, d'où la photo ci-dessus.

Vingt-troisième kilomètre : Nous croisons le départ du second semi-marathon dans Golden Gate Park. Les types nous passent comme des fusées ! C'est aussi l'entrée dans la zone inconnue pour nous, la seconde moitié du marathon ! Quelques douleurs musculaires commencent à se faire sentir, mais rien de grâve pour le moment. Je continue à prendre une gorgée d'eau énergisante toutes les 5 minutes et un gel toutes les 45 minutes. C'est 800 calories d'ingérées tout au long de la course !

Passage devant la famille au trentième kilomètre, avec le sourire pour le moment...

Trente et unième kilomètre : Deux cent mètres après avoir passé la famille, et après avoir franchi le cap des trois heures de course, c'est le drame : Je découvre le fameux mur du marathon. Sans prévenir, mes deux jambes lâchent d'un coup, comme une voiture qui n'aurait plus de carburant, et me voilà contraint à l'arrêt, trainant péniblement un pied devant l'autre... Je suis pratiquement paralysé, et si le phénomène n'est pas forcément douloureux, il est vraiment surprenant ! Fred s'éloigne alors que je pense aux douze derniers kilomètres qui s'annoncent longs et difficiles...

Après deux à trois minutes de marche, mes jambes reviennent aussi subitement qu'elles étaient parties, et je peux à nouveau courir ! Un peu de glycogène de généré, et ça repart !

La souffrance a un visage...

Trente sixième kilomètre : Je marche désormais à chaque ravitaillement pour bien m'hydrater (eau + boisson énergétique), ne pensant plus au chrono mais simplement à finir la course. Les gels énergétiques font un grand bien également, et chaque ravitaillement me permet de tenir jusqu'au suivant. Deux petits rappels du "mur" me contraignent à de nouveaux ralentissements, mais sans jamais m'arrêter : C'est dur mais on y croit !

Ce type a fait le marathon en tenue et chaussures militaires avec le drapeau US sur l'épaule. Chapeau !

De 37 à 40 kilomètres : Les douleurs sont désormais présentes en continu et plein de choses bizarres passent dans ma tête. Parfois j'ai les larmes qui montent aux yeux, deux minutes après j'ai le sentiment d'être euphorique... Car aussi dur que l'épreuve soit, après avoir couru 38 kilomètres, un sentiment d'invincibilité commence à poindre, une immense fierté, une énergie qui vient d'on ne sait où... Il ne reste vraiment plus grand chose d'autre que le mental pour aller au bout.

Deux derniers kilomètres : Les plus longs ! A l'entame des deux derniers kilomètres, mes jambes sont comparables à deux réacteurs en feu qui attendent que l'avion s'écrase. Que faire dans une pareille situation ? Accélérer, bien sûr ! Me voilà parti pour les deux kilomètres les plus rapides de toute la course. On nous annonce le dernier mile (1,6 kilomètre) qui semble interminable, alors j'accélère encore un peu...

Je double à nouveau du monde, ignore le dernier ravitaillement et voit enfin la bannière de la ligne d'arrivée, que je franchis les bras en l'air pour la première fois de ma vie ! Marathon, je t'ai vaincu !


Le sourire est de retour avec la médaille. 4h18 minutes, c'est 3 minutes de plus que mon objectif, mais peu importe ! I did it!

Je retrouve Fred, qui n'a pas eu de défaillance physique, aidé par ses 4 ans et 10 kilos de moins pour terminer en 4h09 minutes. Nous rejoignons la famille pour une dernière photo devant le Bay Bridge :


42 kilomètres et toujours debout !

Nous aurons mal au jambes pendant trois jours après la course. C'était dur, mais je m'attendais à tellement souffrir qu'au final, à l'exception du mur, ce n'était pas si différent qu'après un semi-marathon... Le plus beau, c'est que je n'ai jamais songé à abandonner. Même au plus bas physiquement parlant, ma priorité restait de mettre un pied devant l'autre coute que coute pour approcher de la ligne d'arrivée...

Mon sentiment (et mon état physique) à la fin de la course m'ont rappelé ce que disait Rust Cohle à la toute fin de la saison 1 de True Detective, alors qu'il contemplait un ciel étoilé, demandant à Marty si selon lui l'obscurité ou la lumière l'emportait :

"Avant, tout n'était que ténèbres. Si tu veux mon avis, la lumière est en train de gagner"

Dès la fin de la course, je songeais déjà à refaire un marathon, donc j'imagine que oui, malgré la souffrance, la lumière a fini par gagner. J'en choisirai certainement un plus plat que celui de San Francisco pour pouvoir améliorer mon chrono, et cette fois-ci en partant une ou deux vagues plus tôt histoire d'éviter tous ces dépassements qui font perdre de l'énergie.

Peut-être songer à davantage de diététique avant la course pour accumuler davantage de glycogène et éviter le "mur", ou le repousser aussi loin que possible en tous cas...

Dans tous les cas, même si courir un marathon n'est probablement pas pour tout le monde, c'est une expérience à essayer ! Ne serait-ce que pour voir la lumière à la ligne d'arrivée !



22 commentaires:

  1. Félicitations ! Et très bien raconté !

    RépondreSupprimer
  2. bravo!
    je n'ai jamais couru autant (mon maximum 21 km il y a très longtemps) mais salue l'effort fourni.
    il est vrai que le mental fait beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, beaucoup plus que ce que l'on croit !

      Supprimer
  3. Super félicitations ainsi qu'à Fred, il faut le faire, mais tu as l'habitude des défits, non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, mais ce défi là n'était pas le plus simple de tous.

      Supprimer
  4. Félicitations !!!
    Je vais certainement tenter un marathon l'année prochaine. J'ai déjà plusieurs semi-marathon prévus dans les 6 prochains mois,... Donc, si ça se passe bien, je passerai à l'étape supérieure ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'étape se passe relativement bien après 3-4 semi-marathons (qui deviennent aussi de plus en plus "faciles") d'après mon expérience. Après, la crouse est très très différente car la vitesse n'a rien à voir. C'est vraiment un très très long footing en fait.

      Supprimer
  5. Eh bien bravo, il fallait le faire tout de même ! En te lisant, on souffre avec toi tant on s'y croirait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était le but ;-) Histoire de montrer ce à quoi la course peut ressembler.

      Supprimer
  6. Félicitations à toi ainsi qu'à ton frère Fred (il y a une certaine ressemblance) pour ce nouveau défi réussi haut la main ! Mais tu as l'habitude des défis et c'est ce qui te booste et te fait avancer dans la vie !
    Quel est ton prochain défi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le prochain, je ne sais pas exactement, car il y en a encore plusieurs avant la fin de l'année. Probablement un semi-marathon et un 10 kms pour la course à pied, sinon les plus gros défis seront côté business où je voudrais développer plusieurs idées avant la fin de l'année.

      Supprimer
  7. Bravo ! et Félicitations pour ce défi physique mais tout autant mental !! Quelle volonté !! ça en dit long ...
    "Victory belongs to the most persevering " ;)
    En tout cas, bonne continuation pour les projets pro !

    RépondreSupprimer
  8. Merci beaucoup ! Et bonne installation en Floride... C'est pour bientôt si j'ai bien compris ?

    RépondreSupprimer
  9. Mais quel force et quel courage! Déjà un semi-marathon, c'est un réel défi mais alors un marathon! Bravo & Félicitations à ton frère et toi!!! (effectivement, vous vous ressemblez fort).
    Au passage, nous te laissons notre blog, enfin! Nous l'avons ouvert pour raconter nos vacances en Cali, et les prochaines qui arrivent pour août 2016.

    A bientôt, bien vite un nouvel article, on adore ça!

    Maïe-Lenn et Jonathan
    http://californi-a-dventures.blogspot.be/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, un nouveau blog à suivre ! Il faudra passer nous voir en 2016 ;-)

      Supprimer
  10. C'est avec un peu de retard que je lis ton CR. Encore Bravo...
    A la lecture, c'est sur que tu vas retenter l’expérience (j'y pense aussi d'ailleurs).
    En attendant j'attends le 27 septembre pour affronter la vercingetorix à Alise sainte reine (tu sais, le faux Alesia). A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage pour vercingetorix ! Je songe au California International Marathon l'année prochaine, qui en plus d'être prestigieux, a un parcours tout plat (voire descendant légèrement) pour finir en plein centre de Sacramento...

      Supprimer
    2. C'est avec encore plus de retard que Cédric que je découvre le récit du marathon d'Alain.
      Tu as vécu un vrai marathon, avec ses hauts et ses bas. Félicitations et bienvenue au club ! Il commence à être loin le temps où une course de 10 km te paraissait être le Graal.
      Bien sûr que tu referas un marathon un jour. Ça peut prendre du temps, mais un jour tu te réveilleras en disant "j'ai terriblement envie de revivre ça".
      Et pour l'importance de la diététique dans les jours précédant la course, je confirme. Cette année, pour le Trail Ardéchois, j'ai découvert tout l'intérêt des nouilles liquides les 3 derniers jours avant la course.

      Supprimer
    3. C'est bien vrai... 10K c'est une promenade maintenant ! Je prépare un semi pour Octobre puis un 10K en Novembre pour bien finir l'année.

      Supprimer
  11. Et bien chapeau et félicitations !
    A quand le prochain ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas avant l'année prochaine... Même si je compte bien faire encore deux autres courses cette année.

      Supprimer